European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Actualités > Le travail posté et le port de charges lourdes peuvent ré...

Actualités

9 février 2017

Le travail posté et le port de charges lourdes peuvent réduire la fertilité des femmes

Un emploi physiquement exigeant et des horaires de travail en dehors des heures normales de bureau peuvent réduire la capacité d'une femme à concevoir, suggère une recherche publiée en ligne le 7 février sur le site de la revue Occupational & Environmental Medicine. Les auteurs de l'étude ont déclaré que les femmes qui travaillent la nuit et ont des horaires irréguliers ont moins d'ovules capables de se développer en embryons sains que celles qui ont des horaires de travail réguliers.

L'étude, qui a porté sur deux groupes de femmes suivant un traitement de  fécondation in vitro (FIV), a examiné la qualité des ovules chez 313 femmes ayant terminé un cycle de FIV, ainsi que le nombre total d'ovocytes dans les ovaires de 473 femmes suivant un traitement dans une clinique de fertilité.

Les chercheuses ont également constaté une réduction d'environ 15% du nombre d'ovules prêts pour la fécondation chez les femmes dont le travail implique le port de charges lourdes, notamment les infirmières.

Une des co-auteures de l'étude, Audrey Gaskins, a déclaré que le travail posté pouvait entraîner une réduction de la fécondité en raison de la «perturbation du rythme circadien qui affecte la production normale d'hormones et le cycle menstruel, en particulier pour les femmes qui alternent travail de jour et travail de nuit».

Elle a déclaré qu'il était difficile d'expliquer pourquoi les travaux impliquant le port de charges lourdes réduisent la fertilité, mais a suggéré que la réponse du corps au stress physique répétitif pourrait affecter la capacité d'une femme à produire des ovules de bonne qualité.

Les participants, qui avaient une moyenne d'âge de 35 ans, font partie d'une cohorte qui est l'objet de l'étude Environment and Reproductive Health (EARTH), en cours depuis 2004 à l'université de Harvard.

Sources: The Independent, ScienceDaily

En savoir plus :

 

Toutes les actualités