European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité

Santé et sécurité

23 % des travailleurs européens considèrent que leur sécurité ou leur santé est menacée à cause de leur travail. Ce chiffre montre que les conditions de travail en Europe ne s’améliorent pas. Malgré la diminution des emplois industriels au profit des emplois de services, l’exposition aux risques physiques classiques — bruit, produits dangereux, port de charges lourdes, etc. — persiste.

Parallèlement, de plus en plus de travailleurs se plaignent de l'influence de leur travail sur leur santé psychologique. Le mal-être au travail peut avoir des conséquences dramatiques, comme en témoigne la vague de suicides qui a touché certaines grandes entreprises françaises ces dernières années.

Les nouveaux modes d'organisation du travail, conjugués à son intensification, ne sont sans doute pas étrangers au maintien des risques traditionnels et à l'émergence de nouveaux risques dans les entreprises. Les syndicats considèrent que cette intensification est la principale cause de l'extension du stress au travail et des troubles musculosquelettiques, dont se plaint plus d'un travailleur sur cinq.

Si ces phénomènes touchent tous les pays, tous les secteurs d’activité et toutes les catégories professionnelles, les moins qualifiés et les travailleurs manuels sont ceux qui paient le plus lourd tribut. En France, par exemple, l'espérance de vie en bonne santé d'un ouvrier de 35 ans est inférieure de dix ans à celle d'un cadre. À l'heure où la tendance est à la prolongation des carrières, on ne peut plus faire l'économie d'un débat sur les conditions de travail et leur impact sur la santé des travailleurs. À travers les dossiers suivants, nous apportons notre contribution à la discussion.

Actualités

Le travail posté et le port de charges lourdes peuvent réduire la fertilité des femmes

9 février 2017

Un emploi physiquement exigeant et des horaires de travail en dehors des heures normales de bureau peuvent réduire la capacité d'une femme à concevoir, suggère une recherche publiée en ligne le 7 février sur le site de la revue Occupational & Environmental Medicine. Les auteurs de l'étude ont déclaré que les femmes qui travaillent la nuit et ont des horaires irréguliers ont moins d'ovules capables de se développer en embryons sains que celles qui ont des horaires de travail réguliers.

Signes encourageants d'une réorientation de la politique européenne en santé et sécurité au travail

7 février 2017

Le 10 janvier dernier, la Commission européenne a adopté une communication sur l’avenir de la législation et de la politique européenne en santé et sécurité au travail (SST). Les chercheurs de l'ETUI ont analysé ce texte. Ils y ont identifié des signes positifs d'un infléchissement de la politique européenne dans un sens plus favorable aux travailleurs, en particulier en ce qui concerne l'exposition aux risques chimiques. Mais les propositions de la Commission concernant certains problèmes liés à l'organisation du travail, tels que les troubles musculosquelettiques, restent trop peu ambitieuses.

Un expert compare les nanotechnologies à la radioactivité

2 février 2017

"Il devient urgent de comprendre les mécanismes exacts de nanotoxicité et de faire une classification en fonction du mécanisme. La radioactivité ou les rayons X sont entrés dans nos vies de la même manière. Il a fallu du temps avant que les chercheurs comprennent les mécanismes d'action sur les organismes vivants", a mis en garde Vladimir Baulin de l'Université Rovira i Virgili, à Tarragone (Espagne).

Nouveau HesaMag : L'inspection du travail, un service public en crise

27 janvier 2017

Les articles parus dans le dernier numéro du HesaMag, le semestriel de l'ETUI dédié à la santé au travail, sont désormais accessibles en ligne. Ce numéro contient un dossier sur l'inspection du travail en Europe.

Les travailleurs américains de l'industrie du BPA contaminés par cette substance chimique

17 janvier 2017

Les travailleurs américains dans les industries qui utilisent ou fabriquent du bisphénol A (BPA) ont en moyenne 70 fois plus de ce produit chimique dans leur corps que la population générale – des niveaux nettement supérieurs à ceux à partir desquels un impact sur la santé reproductive a été démontré, selon une étude publiée début janvier 2017.

Vidéo

    Santé et sécurité au travail: Esther Lynch (CES): Priorités et défis soulevés par la question de genre (vidéo en anglais)

Evénements

Publications associées