European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > About Etui > Actualités > Evolution de la négociation collective en avril 2020

Actualités

14 mai 2020

Evolution de la négociation collective en avril 2020

Le bulletin d’information sur la négociation collective présente les développements les plus importants au niveau européen et des Etats membres.
En voici les points saillants durant le mois d’avril:

  1. Union européenne : l'Union européenne apportera un appui financier supplémentaire aux États membres afin de protéger les emplois et les travailleurs touchés par la pandémie de coronavirus. De nombreuses entreprises connaissent des difficultés économiques en raison de la crise du COVID-19 et ont dû suspendre temporairement ou réduire considérablement leurs activités et les horaires de travail de leur personnel. Afin de soutenir les employeurs et de protéger les travailleurs et les indépendants contre la perte de leur emploi ou de leurs revenus, la Commission européenne a proposé un nouvel instrument temporaire appelé SURE (Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency), en complément des efforts nationaux visant à protéger l'emploi. Il devrait être opérationnel d'ici le 1er juin 2020.
  2. Belgique : le syndicat et les employeurs du secteur de la construction sont parvenus à un accord qui fait des règles de distanciation sociale sur les lieux de travail une priorité. Ils vont également élaborer un protocole commun pour permettre la reprise des activités du secteur de la construction dès le 4 mai 2020.
  3. France : quelque 11 millions de travailleurs sont actuellement au chômage temporaire ou partiel en raison du lockdown. Une grande partie de l'économie française étant au point mort en raison des mesures COVID-19, des millions de personnes sont dans l'incapacité de travailler et 337 000 entreprises - dont beaucoup dans les secteurs du tourisme et des loisirs - ont totalement cessé leur activité. La France a présenté un ensemble de mesures qui offrent un soutien aux travailleurs indépendants et aux petites entreprises. Pour les salariés qui ne peuvent pas travailler du tout ou qui ont subi une réduction drastique de leurs heures de travail, il est possible de bénéficier du "chômage partiel".
  4. Norvège : une étude sur les implications du taux de syndicalisation a révélé que les subventions fiscales accordées aux syndicats norvégiens ont entraîné des "augmentations substantielles" de la productivité et des salaires des entreprises, augmentations d'autant plus importantes que l'entreprise est plus productive ou que le syndicat a plus de pouvoir de négociation. Les chercheurs ont établi une corrélation entre le taux de syndicalisation et la productivité en examinant d'abord comment les subventions fiscales affectent l'adhésion aux syndicats.
  5. Suède : des dizaines de travailleurs des soins de santé gagnent plus du double de leur salaire pendant la pandémie de coronavirus, grâce à un accord d'urgence existant entre les syndicats des soins de santé du pays et les employeurs. L'augmentation de salaire s'inscrit dans le cadre d'un accord de "situation de crise" qui s'applique actuellement à une centaine de médecins, d'infirmières et d'aides-soignants syndiqués travaillant dans des unités de soins intensifs à Stockholm, indique l'Association médicale suédoise (SMA). Cet accord prévoit également une "compensation de crise" de 120 % en plus de leur salaire actuel, ce qui se traduit par une augmentation de 220 %.

Pour en savoir plus :

  • Version intégrale du bulletin de la négociation collective : Issue 4/April 2020
  • Base de données contenant les archives du bulletin sur la négociation collective, consultable par pays et par date
Toutes les actualités