European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > About Etui > Actualités > Le scandale sanitaire de l’acide perfluorooctanoïque port...

Actualités

26 février 2020

Le scandale sanitaire de l’acide perfluorooctanoïque porté à l’écran

Dark Waters

Le film “Dark Waters” réalisé par Todd Haynes sera projeté dès fin février 2020 dans de nombreux cinémas en Europe. Il aborde le scandale de l’empoisonnement par contamination de l’eau des habitants de Parkersburg en Virginie (Etats-Unis) lié à l’acide perfluorooctanoïque (PFOA en anglais) synthétisé dans l’usine locale du géant américain de la chimie DuPont.

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) etui.hesamail

Le PFOA (Perfluorooctanoic acid), aussi connu sous le nom de C8, entre dans la composition du Teflon utilisé pour fabriquer des revêtements antiadhésifs notamment des poêles ou autres ustensiles de cuisine. Cette substance toxique ne se dégrade pas dans l’environnement et peut rester dans le sang d’une personne pendant des décennies. Elle peut entrainer des malformations congénitales et des cancers du rein et des testicules.
Le film basé sur l’article du New York Times Magazine "The Lawyer Who Became DuPont's Worst Nightmare" raconte l’histoire réelle de Robert Billot l’avocat qui a poursuivi en justice et fait condamner l’entreprise DuPont (aujourd’hui Chemours) pour ses pratiques éhontées.

Invitée au débat qui a suivi l’avant-première du film en Belgique, Marian Schaapman qui dirige l’unité Conditions de travail, santé et sécurité de l’Institut syndical européen (ETUI) a déclaré: "Ce film montre que notre santé n’est pas à vendre et que des règlementations strictes visant à interdire ou restreindre l’utilisation des produits chimiques extrêmement dangereux sont plus que nécessaires ".

Aux Pays-Bas, Dupont a aussi été impliqué dans une affaire judiciaire en raison des expositions à des substances toxiques pour la reproduction subies par des travailleuses. Cela avait eu des conséquences graves comme des fausses couches et des troubles de développement chez certains enfants.

La diffusion de ce film arrive à point nommé puisque la Commission européenne a annoncé la publication avant l’été 2020 de sa nouvelle stratégie sur les substances chimiques dans le cadre du Green Deal européen.

Dans l’Union européenne, le PFOA et ses sels ont été identifiés comme substances extrêmement préoccupantes et leurs utilisations interdites par le règlement REACH. Au niveau mondial, ces substances sont également interdites par la convention de Stockholm sur les Polluants organiques persistants (POPs). Cependant, on trouve encore des traces de ces substances partout sur la planète dans le sol, l’eau, la faune et la population.

Le PFOA et ses sels ne constituent qu’une petite partie d’une famille plus vaste d’au moins 4 700 substances communément appelées PFASs (pour substances per- et polyfluoroakylées). Ces PFASs sont utilisés depuis les années 1950 dans de très nombreux produits industriels et de grande consommation comme les textiles et les cosmétiques pour leurs propriétés de résistance aux taches, à l’eau et aux graisses.

Une étude récente financée par le Conseil nordique des ministres montre que nos connaissances sur la famille des PFASs sont largement lacunaires et que les différents sous-groupes qui la composent peuvent être dangereux pour la santé humaine et l'environnement.

Sans attendre les résultats définitifs de cette étude, la Suède avait déjà demandé fin 2019 à la Commission européenne d’élaborer un plan d'action d'ici 2025 pour interdire progressivement toutes les utilisations non-essentielles des PFASs d'ici 2030. Elle a également suggéré que tous les membres de cette famille soient gérés en groupe par la législation de l’Union européenne afin d’éviter les substitutions regrettables.  

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) etui.hesamail.

Références:

Toutes les actualités

Publications associées