European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > About Etui > Actualités > Que s’est-il passé en mars 2020 en matière de négociation...

Actualités

20 avril 2020

Que s’est-il passé en mars 2020 en matière de négociations collectives?

Le bulletin d’information sur la négociation collective présente les développements les plus importants au niveau européen et des Etats membres.
En voici les points saillants durant le mois de mars:

    1. Au niveau mondial : en réponse à l'épidémie du virus COVID-19, l'OCDE a lancé un nouveau site internet intitulé "Lutte contre le coronavirus - Pour un effort mondial", qui fournit des analyses politiques utiles et présente des solutions politiques à court terme pour atténuer l'impact de la crise. L'un des documents politiques publiés examine les possibilités d'une réponse immédiate en matière d'emploi et de politique sociale, en ce compris des mesures de soutien à l'emploi et aux salaires.
    2. Au niveau européen: la Confédération européenne des syndicats (CES) a lancé un site internet consacré aux réponses de ses affiliés nationaux à la crise COVID-19. En plus des conventions collectives conclues afin de protéger les travailleurs dans toute l'UE, le site internet comporte une note d'information de la CES qui donne un aperçu des mesures nationales liées à la crise, couvrant des questions telles que le chômage partiel, les licenciements collectifs/individuels, les indemnités de maladie et la protection sociale, ainsi que la protection des travailleurs atypiques et des indépendants.
    3. Espagne : le gouvernement a annoncé un plan de 200 milliards d'euros pour aider les entreprises et protéger les travailleurs et autres groupes de personnes fragilisées par la crise du coronavirus. Ces 200 milliards d'euros s'ajoutent aux 14 milliards d'euros annoncés précédemment et représentent près de 20 % de la production économique annuelle de l'Espagne. Les travailleurs auront droit à des allocations de chômage même s'ils n'ont pas payé suffisamment de cotisations à la sécurité sociale. Ceux qui deviennent chômeurs ou qui perdent leurs revenus réguliers pourront reporter leurs paiements hypothécaires mensuels ainsi que leurs factures des services publics.
    4. Slovénie : le gouvernement a annoncé qu'il allouera 2 milliards d'euros, soit 4 % du PIB, pour aider l'économie et ses citoyens à surmonter les conséquences de l'épidémie de coronavirus. De nombreuses entreprises ont dû arrêter leur production en raison d'un manque de matériaux ou dans le cadre de mesures visant à tenter de ralentir l'épidémie de coronavirus. Jusqu'à la fin mai, l'État versera un revenu de base aux indépendants dont l'activité a été touchée. Les salaires horaires des professionnels de santé, tels que les médecins et les infirmières qui travaillent pour lutter contre l'épidémie, seront augmentés jusqu'à 200 %, tandis que les salaires des fonctionnaires seront réduits de 30 % tant que l'épidémie se poursuivra.
    5. Autriche : le gouvernement et les partenaires sociaux sont parvenus à un accord sur le chômage partiel, soutenu par un budget de 400 millions d'euros. Cette mesure, qui devrait durer trois mois, apportera une aide financière aux personnes mises en chômage partiel et aux travailleurs licenciés temporairement.
    6. Danemark : le gouvernement a conclu un accord tripartite avec les partenaires sociaux sur un ensemble de mesures de soutien aux entreprises qui luttent avec des mesures drastiques contre la propagation du coronavirus. Ces mesures couvriront 75% des salaires des travailleurs si elles promettent de ne pas réduire leurs effectifs. Durant la période de soutien de trois mois qui durera jusqu'au 9 juin, l'État se propose de verser 75 % des salaires des travailleurs avec un plafond maximum de 23000 DKK (3082 euros) par mois, les entreprises versant les 25% restants. Les salariés seront obligatoirement tenus de prendre cinq jours de vacances ou de repos compensatoire.

     

    Pour en savoir plus :

Toutes les actualités