European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Actualités > Evolution de la négociation collective octobre 2018

Actualités

8 novembre 2018

Evolution de la négociation collective octobre 2018

collective bargaining newsletter banner

Le bulletin d’information sur la négociation collective présente les développements les plus importants au niveau européen et des Etats membres.
En voici les points saillants au cours du mois passé :

1. Espagne - Le gouvernement a formulé un plan budgétaire socialement progressiste pour 2019 qui prévoit un rattrapage spectaculaire des baisses de salaire subies pendant la période d'austérité. Si les plans budgétaires sont adoptés par le Parlement et le Sénat et approuvés au niveau de l'UE, le pays connaîtra la plus forte hausse salariale depuis 40 ans.

2. Islande - Les syndicats réclament une augmentation de salaire de 40% pour les travailleurs les moins bien payés. Ils soutiennent qu'une telle augmentation est nécessaire du fait que le coût de la vie a également fortement augmenté, et plus particulièrement sur le marché du logement.

3. France - Après des mois de conflits sociaux à Air France qui ont coûté 335 millions d'euros à la compagnie aérienne, un accord entre la direction et les syndicats est sur le point de se concrétiser. Les salariés bénéficieront d'une augmentation générale de salaire de 2% rétroactivement au 1er janvier 2018 et d'une augmentation générale de salaire de 2% au 1er janvier 2019.

4. Norvège - Des ouvriers du bâtiment et des employés de l'inspection du travail ont mis en place un système de patrouilles communes des chantiers de construction afin de mettre un terme aux activités illégales. Lors de ces patrouilles, ils se concentreront sur les infractions à la violation du travail et aux règles fiscales ainsi que sur les infractions en matière de santé et de sécurité.

5. Hongrie - Le gouvernement a déposé une plainte devant la Cour européenne de justice dans le but d'annuler les nouvelles règles européennes contre le dumping salarial dans les pays de l'UE. Outre la Hongrie, seule la Pologne est opposée à la directive révisée sur le détachement de travailleurs.

Pour en savoir plus :

Toutes les actualités