European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Actualités > Le TUC souscrit aux revendications de plus en plus nombre...

Actualités

13 septembre 2018

Le TUC souscrit aux revendications de plus en plus nombreuses de réduction du temps de travail hebdomadaire

Le Trade Union Congress (TUC) du Royaume-Uni est la dernière confédération syndicale européenne à réclamer une réduction du temps de travail hebdomadaire qui, comme le soulignent des chercheurs de l'ETUI, permettrait de réduire le stress, d'accroître la satisfaction des travailleurs et de renforcer l'égalité de genre.

Lors de son congrès annuel au début du mois, la secrétaire générale du TUC, Frances O'Grady, a déclaré que les progrès technologiques font qu'une semaine de travail de quatre jours avant la fin de ce siècle soit un objectif réaliste pour la plupart des gens.

Le TUC s'associe à un mouvement européen dont le but est de raccourcir le temps de travail hebdomadaire afin de réduire le stress et de partager les bénéfices de l'amélioration de la productivité que génèrent l'automatisation et le passage au numérique. Les recherches de l'ETUI ont montré qu'un travailleur sur trois dans l'UE souhaite travailler moins. D'autres fédérations syndicales ont également réclamé une réduction de la semaine de travail, notamment la FGTB belge et la FNV néerlandaise. Au début du mois, le syndicat autrichien GPA-djp a organisé (à l'invitation de la Fédération syndicale européenne des services, Uni Europa) une conférence de deux jours sur le thème "Les modèles de temps de travail pour l'avenir".

Le TUC a appelé à la création d’un groupe de travail impliquant des représentants du gouvernement, des employeurs et des syndicats pour examiner la question de la réduction du temps de travail. D'après Planet Labor, les recherches du TUC montrent que 8 travailleurs sur 10 au Royaume-Uni aimeraient réduire leur temps de travail et seraient heureux de faire une semaine de 4 jours pour un salaire équivalent.

Il ressort de ces données que le temps de travail en Europe diminue en moyenne, les salariés travaillant presque une heure de moins par semaine qu'il y a dix ans. Toutefois, la plus grande partie de cette diminution s'explique par l'expansion de l'emploi à temps partiel involontaire, si bien que les travailleurs à temps plein ne voient aucune réduction de leur temps de travail hebdomadaire.

Traduisant ainsi l'intérêt croissant pour ce sujet, l'ETUI a publié l'année dernière un guide pratique pour les négociateurs, « The How and Why of Working Time Reduction ». Ce guide montre qu'il n'y a pas de « meilleure façon » de réduire le temps de travail, mais que toute expérience en matière de temps de travail devrait en fait être conçue et adaptée en fonction des objectifs poursuivis.

Toutes les actualités

Publications associées