European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Actualités > Les syndicats doivent coopérer avec les groupes des Verts...

Actualités

26 octobre 2018

Les syndicats doivent coopérer avec les groupes des Verts pour assurer une transition juste, selon une nouvelle note d’orientation

Credit: Terray Sylvester/Reuters

La coopération entre les syndicats et les défenseurs de l'environnement est primordiale car ceux-ci sont souvent à l'avant-garde des campagnes visant à persuader les gouvernements nationaux d'adopter des objectifs en matière de changement climatique, affirme Béla Galgóczi, chercheur senior de l'ETUI, dans une nouvelle note d’orientation réalisée pour le compte du BIT.

Avec l'Accord de Paris de 2015 qui engage les pays à limiter la hausse des températures entre 1,5 et 2 °C d'ici 2100, des stratégies drastiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont envisageables, avec un impact majeur sur les économies et les emplois. Afin d'assurer une transition « juste » vers une économie à faibles émissions de carbone, les syndicats devront s'impliquer pleinement dans cette démarche, soutient Galgóczi dans son document intitulé « Just Transition towards an Environmentally Sustainable Economies and Societies for All ».

Bela Galgóczi affirme que la poursuite des objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) qui ont été fixés, tant par rapport aux résultats antérieurs que vis-à-vis des engagements actuels, signifie que les réformes doivent être intensifiées, avec par conséquent, des impacts sociaux et sur l'emploi plus graves que ceux que nous avons connus jusqu’ici. Cela va entraîner des changements majeurs, des ajustements, des dépenses et des opportunités et considérablement affecter les emplois, les moyens de subsistance, les conditions de travail, les compétences et les perspectives d'emploi. La transition juste va jouer un rôle déterminant dans la gestion de ce processus et le mouvement syndical doit se trouver en première ligne pour assurer la réussite de la transition verte.

Dans cette note d’orientation, Bela Galgóczi aborde les principaux défis qui déterminent comment une transition juste peut fonctionner sur le terrain et ce que peuvent faire les syndicats et les organisations de travailleurs en la matière.  Basée sur les Principes directeurs pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables pour tous, adoptés par l’OIT, les objectifs de la COP21 de Paris et les Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies, la transition juste a deux dimensions principales : le « résultat » et le « processus ».  Le « résultat » doit être un travail décent pour tous au sein d’une société inclusive sans carbone, avec éradication de la pauvreté, souligne Bela Galgóczi. Le « processus », pour sa part, doit reposer sur une transition bien gérée, avec un dialogue social constructif à tous les niveaux pour veiller à une juste répartition des charges et s’assurer que personne ne soit laissé pour compte.

La transition juste présente plusieurs dimensions et son contexte et ses implications pratiques diffèrent d'un pays à l'autre : une approche uniforme n’est donc pas appropriée. Plusieurs études de cas, réalisées dans le cadre de cette étude, tant dans les pays du Nord que du Sud – correspondant chacune à une problématique spécifique - fournissent des exemples concrets qui pourraient aider les organisations syndicales à formuler leur stratégie. Tant les expériences positives que négatives sont prises en compte lors de l'élaboration des recommandations aux syndicats.

Source photo : Terray Sylvester/Reuters

Toutes les actualités