European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > Energie-climat 2030: nécessité d’une transition juste

Actualités

23 octobre 2014

Energie-climat 2030: nécessité d’une transition juste

Les futurs objectifs énergétiques et climatiques de l'Europe sont à l'ordre du jour du sommet des dirigeants européens à Bruxelles les 23 et 24 octobre. Les syndicats européens ont exprimé leur soutien à des politiques fortes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en appelant à des mesures sociales pour accompagner la transition vers une économie bas carbone.

D ans une déclaration spéciale avant le sommet, la Confédération européenne des syndicats a défini sa position sur le paquet énergie-climat de l'UE pour 2030. Reconnaissant que « la protection de la planète est une condition préalable à la prospérité et à la justice sociale », la déclaration pointe la nécessité de fortes ambitions en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (40% par rapport à 1990) et de solides mesures pour favoriser l'utilisation des énergies renouvelables et réduire la consommation d'énergie primaire.

Mais les syndicats sont également conscients de l'impact social potentiel de la stratégie visant à décarboner l'Europe « dans les régions et les secteurs où les bénéfices d'une économie bas carbone sont plus difficiles à matérialiser ». Ils demandent par conséquent à l'UE et à ses Etats membres une «stratégie de transition juste, adaptée aux circonstances nationales, associant les organisations syndicales, et prévoyant des investissements principalement publics dans les technologies bas carbone, dans les compétences et dans les infrastructures ».

«S’il n’y a pas d’emploi et de justice sociale sur une planète dévastée, il ne peut y avoir non plus de politique de transition environnementale sans une forte dimension sociale », tel est le message clé de la déclaration de la CES.

Pour les syndicats, la transition vers une économie bas carbone est également cruciale pour le projet de réindustrialisation de l’Europe.

Bela Galgoczi, chercheur senior de l’ETUI, a avancé le même argument dans une contribution récente au blog de la revue Social Europe. «Un objectif climatique ambitieux pourrait être considéré comme une garantie que le plan d'investissements soit pris au sérieux, en particulier en termes d'efficacité énergétique et d’énergies renouvelables où des objectifs ambitieux et contraignants signifient également des objectifs d'investissement», a commenté Bela Galgoczi. Nous avons en effet le slogan:« pas d'emplois sur une planète morte», mais on pourrait en créer un autre : «les objectifs climatiques sont également des objectifs d'investissement ».

Une publication récente de l'ETUI avec le soutien de la Fondation européenne pour le climat a résumé les principales conclusions du 5ème rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, concernant les conséquences du changement climatique sur l'emploi. Alors que la lutte contre le changement climatique pourrait en effet créer des emplois, le rapport indique que les effets sont susceptibles de varier considérablement entre les régions et les secteurs.

Les effets positifs de la transition bas carbone sur l'emploi ont également été soulignés dans l'un des panels de la conférence conjointe de la CES-ETUI « l'Europe à la croisée des chemins » qui s'est tenue en septembre dernier. Lara Skinner de l'Université de Cornell (Etats-Unis) a expliqué clairement durant le panel sur « les emplois verts » comment les investissements dans l’économie verte sont plus «riches en emplois» que l'exploitation des combustibles fossiles.

Le 21 novembre, l'ETUI organisera une conférence spéciale sur «La transition socio-écologique: un nouveau climat pour la transition vers la durabilité de l'UE » et comptera sur la présence de trois conférenciers de haut niveau. Les inscriptions sont ouvertes via notre page d'événements spéciaux (voir encadré en haut à droite).

Pour en savoir plus:

Toutes les actualités

Evénements

Publications associées