European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > Evolution de la négociation collective février 2020

Actualités

5 mars 2020

Evolution de la négociation collective février 2020

Le bulletin d’information sur la négociation collective présente les développements les plus importants au niveau européen et des Etats membres.
En voici les points saillants durant le mois de février 2020 :

  1. Union européenne : la Confédération européenne des syndicats (CES) a publié des chiffres indiquant que dans l'Union européenne, le nombre de travailleurs bénéficiant aujourd’hui d’une convention collective a chuté d’au moins 3,3 millions par rapport au début du siècle.
  2. Danemark : après des négociations acharnées, la Confédération de l'industrie danoise (DI) et l'Organisation centrale des travailleurs de l'industrie au Danemark (CO-industri) ont annoncé qu'elles étaient parvenues à un accord sur un renouvellement de trois ans des conventions collectives de l'industrie. Le nouvel accord comprend des modifications des règles relatives au congé parental. La durée du congé à plein salaire est portée de 13 à 16 semaines au total. La convention de l’industrie et la convention collective pour les salariés de l'industrie couvrent plus de 6 000 entreprises et 230 000 travailleurs.
  3. Allemagne : l'Institut de recherches économiques et sociales (WSI) de la Fondation Hans Böckler a publié son bilan des négociations collectives pour 2019. Outre des augmentations de salaire substantielles, les accords de 2019 ont été marqués par la prédominance d'un modèle de temps de travail basé sur différentes formules. Le WSI prévoit une tendance plus "contrastée" dans les négociations collectives en 2020, sur fond de pénurie de main-d'œuvre et de crise structurelle dans le secteur automobile.
  4. Islande : la Confédération islandaise du travail ASÍ et la Fédération des travailleurs de l'État et des municipalités BSRB ont convenu de créer un nouvel institut de recherche dans le domaine du marché du travail. L'institut Varða encouragera les projets de recherche indépendants, qui pourraient avoir une influence considérable sur les salaires et les conditions d'emploi des travailleurs.
  5. Royaume-Uni : les salaires réels moyens, qui tiennent compte de l'impact de l'inflation, ont augmenté pour la première fois au-dessus de leur niveau d'avant la crise financière. Une augmentation de 1,8 % a été enregistrée, sans compter les primes, pour atteindre 474 £ (551 €) au cours de l'année qui s'est terminée en décembre, soit à peine 1 £ de plus que le plafond maximum de 473 £ (550 €) atteint en mars 2008, selon l'Office des statistiques nationales.

 

Pour en savoir plus :

 

 

Toutes les actualités