European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > Frank Vandenbroucke veut que l'Europe adopte un pacte d'i...

Actualités

18 juillet 2011

Frank Vandenbroucke veut que l'Europe adopte un pacte d'investissement social

L'Europe doit adopter un pacte d'investissement social, a estimé l'ex-ministre belge des Affaires sociales Frank Vandenbroucke, le 30 juin, lors du Monthly Forum auquel l'ETUI l'avait invité à présenter deux publications récentes consacrées au concept d'investissement social.

Ce concept est né à la fin des années 90 et se présente comme une sorte de dépassement du concept d'État providence. Selon ses promoteurs, les politiques sociales ne peuvent plus se contenter d'être des dispositifs d'indemnisation, mais doivent porter une stratégie à long terme d'investissement qui prépare les citoyens à faire face aux nouveaux risques sociaux et aux nouvelles conditions économiques.
En simplifiant, on pourrait dire qu'il s'agit de privilégier l'investissement dans le capital humain plutôt que les mécanismes de réparation. Pas question pour autant de supprimer le filet social hérité de l'État providence, tempère immédiatement Frank Vandenbroucke. Une forme d'avertissement à ceux, et les tentatives ne manquent pas, qui voudraient dévoyer le concept dans un sens libéral. Le soutien à un salaire minimum figure d'ailleurs sur la liste des priorités du plan d'investissement social qu'il promeut, au même titre que l'éducation et la formation, les services à l'enfance, la réconciliation entre vie professionnelle et vie familiale, l'intégration des migrants sur le marché du travail, et un régime de pension flexible.
Face au défi démographique auquel l'Union européenne est confrontée, un programme d'investissement social s'impose, estime-t-il, afin en particulier de disposer d'une population bien formée capable de suppléer à la diminution annoncée du nombre d'actifs.
À cet égard, l'ex-ministre dresse un bilan mitigé de la Stratégie de Lisbonne, dont le volet social ambitionnait pour l'Europe plus d'emplois et de meilleurs emplois, ainsi qu'une plus grande cohésion sociale. Malgré une croissance du taux d'emploi en Europe entre le début des années 2000 et le déclenchement de la crise financière de 2008, la pauvreté n'a pas vraiment reculé comme en témoigne le nombre stable des ménages ne comptant pas une seule personne au travail.
S'il ne se fait guère d’illusions sur les résultats du programme Europe 2020, qui a succédé à la Stratégie de Lisbonne, Frank Vandenbroucke estime toutefois que les partisans d'une Europe plus sociale devraient s'en servir comme d'un "boomerang", autrement dit comme un moyen de confronter la Commission Barroso à ses engagements sociaux - Europe 2020 ambitionne de faire sortir 20 millions d'Européens de la précarité - à un moment où le couple franco-allemand tente d'imposer à l'Europe entière des mesures d'austérité budgétaire drastiques.
L'ex-ministre conseille donc à la Commission de puiser quelques ingrédients dans le livre de recettes de l'investissement social. Mais en mettant en garde les apprentis cuisiniers : l'investissement social constitue un art qui requiert de la cohérence - avec les politiques macroéconomiques et budgétaires - et surtout beaucoup de moyens. Bref, il faut opter pour le menu complet et non un picorage à la carte.

Pour en savoir plus:

The EU needs a Social Investment Pact

Toutes les actualités