European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > La santé et la sécurité au travail en 2025 : enfer ou par...

Actualités

25 septembre 2013

La santé et la sécurité au travail en 2025 : enfer ou paradis ?

health and safety

La réunion annuelle de l'ETUI consacrée à la santé et à la sécurité au travail (SST), qui s'est tenue les 12 et 13 septembre 2013 à Cavtat (Croatie), a rassemblé quelque 40 syndicalistes européens. L'assemblée était principalement constituée de membres du groupe Travailleurs du Comité consultatif pour la sécurité et la santé au travail. Des représentants des fédérations sectorielles de l'agriculture et de la construction avaient également répondu présents, de même que Judith Kirton-Darling, secrétaire confédérale de la CES.

Cet événement s'est tenu dans un contexte assez difficile. Alors que la crise confronte les travailleurs à des risques multiples, la Commission européenne n'a toujours pas adopté de stratégie SST pour la période 2013-2020.

Cette année, l'ETUI a organisé les débats autour de trois scénarios possibles d'ici à l'horizon 2025. Cette approche n'avait pas pour objectif de prédire l'avenir, mais plutôt de servir d'outil de réflexion. Les participants, répartis en cinq groupes, devaient débattre de trois scénarios possibles qui variaient en fonction du taux de croissance et du niveau de priorité accordée à la SST : " Tout pour la croissance", "Sûreté et durabilité combinées", "Chacun pour soi".

Le second jour de réunion a donné lieu à un débat entre les porte-parole de chaque groupe avec pour objectif de rechercher un dénominateur commun pour de futures discussions et d'éventuels projets de recherche. Un consensus a été trouvé quant à la nécessité pour le mouvement syndical européen de coopérer sur les enjeux suivants :

  • une meilleure communication pan-européenne sur les dangers liés au travail,
  • le renforcement des syndicats et de leurs actions de sensibilisation en SST,
  • la surveillance de l'évolution des conditions de travail et la collecte de données,
  • la dissémination de bonnes pratiques entre pays et branches d'activité,
  • faire du vieillissement de la population active et de l'allongement des carrières des enjeux prioritaires,
  • renforcer l'influence des syndicats dans le champ de la SST,
  • augmenter la pression exercée par les syndicats en matière de respect de la législation européenne en SST et l'élaboration de nouvelles directives,
  • créer des ponts entre la SST et la problématique du réchauffement climatique.

De nombreux participants ont exprimé leurs préoccupations quant à l'agenda dérégulationniste de la Commission Barroso et la diminution des ressources mises à la disposition de l'inspection du travail. L'importance de la SST pour le développement du mouvement syndical a été soulignée, de même que les attentes des travailleurs qui souhaitent l'adoption d'une stratégie syndicale ambitieuse et le renforcement de la coopération entre syndicats des différents pays européens dans ce domaine.

Toutes les actualités