European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > Les limites de la croissance stimulée par les investissem...

Actualités

6 septembre 2019

Les limites de la croissance stimulée par les investissements étrangers en Europe centrale et orientale

workers at multinational corporations

Un rapport sur les limites de la croissance en Europe centrale et orientale a été publié en août 2019 par la Banque nationale de Slovaquie. Ce document, basé sur les investissements directs étrangers, met en lumière un modèle dominant dans les pays d'Europe centrale et orientale. En utilisant un grand nombre de données sur les offres d'emploi en ligne ainsi que des données du registre des entreprises, ce rapport se focalise sur les entreprises multinationales en Slovaquie et montre qu'elles sont moins susceptibles que les entreprises locales de recruter des travailleurs qualifiés en numérique.

Cette étude analyse la demande de main-d'œuvre qualifiée en Slovaquie, pays caractérisé par un degré élevé d'intégration économique grâce aux investissements étrangers, un modèle qui caractérise une grande partie de la région. À l'aide d'un vaste ensemble de données sur les postes vacants provenant d’un portail de référence sur l'emploi, ainsi que des données administratives sur la taille et la propriété des entreprises, les chercheurs montrent que les entreprises étrangères et à propriété mixte recherchent généralement des emplois plus qualifiés que ceux des entreprises nationales, mais que les compétences requises pour ces emplois sont inférieures à celles exigées pour un même type d’emploi dans les entreprises nationales. Les entreprises étrangères n'ont besoin de compétences plus élevées que pour certains emplois manuels liés à l'assemblage et à la fabrication de composants. Pour les emplois de bureau, les entreprises nationales sont plus susceptibles d'exiger des compétences numériques.

Les résultats confirment la position de la Slovaquie en tant que pays situé dans une périphérie intégrée où les entreprises multinationales sont très présentes mais se livrent rarement à des activités complexes. Elles ne sont des leaders technologiques que dans l'assemblage et la fabrication de composants, un segment au potentiel de développement limité.

Cette analyse, réalisée par Jan Drahokoupil, chercheur senior à l'Institut syndical européen (ETUI) et Brian Fabo, révèle la complexité limitée du secteur des services sous contrôle étranger qui ne peut être perçue à travers une analyse standard portant sur les catégories professionnelles. Dans le secteur des technologies de l'information, par exemple, les grands acteurs étrangers incluent des multinationales qui externalisent des activités relativement simples comme le support réseau à distance. En revanche, les grandes entreprises nationales de technologies de l'information englobent les principales sociétés d'antivirus qui se basent sur leurs propres activités de recherche et de développement. Or, ces activités très différentes entrent dans les mêmes catégories professionnelles et ne seraient pas prises en compte par une analyse des fonctions. Les différences ne peuvent être identifiées qu'à l'aide de données plus détaillées sur la demande de compétences.

Il ressort essentiellement de cette étude que les investissements directs étrangers dans la périphérie intégrée n'offrent qu'un potentiel limité de transferts de technologie.

 

Crédit Photo: @solimonster on unsplash

Toutes les actualités