European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > L'ETUI > Actualités > Un numéro spécial de Transfer consacré aux organisations...

Actualités

29 juillet 2019

Un numéro spécial de Transfer consacré aux organisations internationales face aux évolutions du marché du travail

Le dernier numéro de Transfer, la Revue européenne du travail et de la recherche, examine comment des organisations internationales qui traitent des questions d’emploi et de travail, comme l’OIT, l’OCDE et la Commission européenne, ont réévalué leurs analyses du marché du travail et leurs recommandations politiques au cours de ces dernières années.

Bon nombre de ces organisations ont publié des rapports sur la question de l’avenir du travail (par exemple le rapport de l’OIT, émanant de sa Commission mondiale de l’OIT sur l’avenir du travail, publié en janvier 2019), ou sur les nouvelles stratégies en matière d’emploi (par exemple, la 2e version de la stratégie pour l’emploi de l’OCDE, « Des emplois de qualité pour tous dans un monde du travail en mutation », décembre 2018). Le Socle européen des droits sociaux, proclamé en novembre 2017, peut également être considéré comme s’inscrivant dans cette tendance. Ces initiatives ont toutes été lancées en réponse au besoin ressenti d’une réaction aux changements causés par la numérisation croissante de l’économie et l’essor de ce que l’on a appelé « économie de plate-forme », mais aussi par la poursuite de la mondialisation, la menace que le changement climatique fait peser sur certains emplois, et les changements démographiques. 

Ce numéro spécial de Transfer cherche à évaluer ces initiatives et à répondre à la question de savoir si elles constituent une véritable percée par rapport aux recommandations politiques antérieures. L’un des articles thématiques, rédigé par Roberto Pedersini, examine comment sept organisations internationales comprennent le rôle de la négociation collective et si cette perception a évolué dans les révisions récentes de leurs recommandations politiques. L’analyse montre que même si l’on ne peut parler d’un changement de paradigme dans les positions de ces organisations sur le rôle de la négociation collective, une vision plus nuancée est en train d’apparaître. L’une des principales raisons de cette évolution est l’échec de plus de deux décennies de déréglementation du marché du travail, qui n’ont pas permis de parvenir aux résultats escomptés, mais aussi la prise de conscience croissante des conséquences négatives de l’inégalité pour l’ensemble de l’économie. Plus encore, une négociation coordonnée des salaires s’est avérée constituer un stabilisateur macro-économique dans les périodes d’instabilité financière que nous avons connues ces derniers temps. Vous pouvez lire gratuitement l’intégralité de l’article sur le site Internet de SAGE jusqu’à la fin du mois d’août. 

L’ETUI vient également de publier 4 volumes consacrés à l’évolution de la négociation collective depuis l’année 2000 dans l’ensemble des 28 États membres de l’UE – pour plus d’informations, cliquez ici.

Toutes les actualités

Publications associées