European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Belgium > Belgique : le "Jobsdeal" qui réforme le régime d'allocati...

Belgium

7 septembre 2018

Belgique : le "Jobsdeal" qui réforme le régime d'allocations de chômage reçoit un accueilli critique

Le 24 juillet, le gouvernement belge est parvenu à un accord sur le "Jobsdeal", un paquet de réformes comprenant quelque 28 nouvelles mesures pour l'emploi. L'objectif global est de réformer le marché du travail. Ces réformes devraient avoir un impact substantiel sur le niveau des prestations de chômage et sur l'accès à la retraite anticipée. Le mouvement syndical a réagi de manière très critique.

Pendant les vacances d'été, le gouvernement a travaillé d'arrache-pied pour parvenir à confectionner son budget 2019. L'un des principaux éléments du programme d'action gouvernemental pour 2019 est une réforme du marché du travail comprenant environ 28 mesures distinctes. L'élément clé de l'accord, baptisé "Jobsdeal", est la réforme des prestations de chômage afin de permettre aux chômeurs de réintégrer plus rapidement le marché du travail. Au cours des six premiers mois de chômage, les demandeurs recevront des prestations de chômage plus élevées que ce n'est le cas actuellement. Après six mois, le niveau des allocations de chômage versées diminuera plus rapidement qu'actuellement. Le gouvernement y voit une contribution à une politique active du marché du travail. L'objectif est de lutter contre les pénuries de main-d'œuvre qualifiée et de faciliter le retour des travailleurs sur le marché du travail. La réforme doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Avant cette date, les actes législatifs et réglementaires nécessaires devront être adoptés.

Le paquet a suscité des réactions divergentes. Les observateurs financiers ont estimé que les réformes étaient trop peu nombreuses et ont demandé des réformes plus fortes. Ils critiquent le fait que le système de retraite anticipée restera intact. Les employeurs se sont toutefois félicités de la régression des prestations de chômage et des restrictions imposées au régime actuel de retraite anticipée.

La confédération syndicale ABVVV/FGTB a réagi en annonçant une grève générale le 2 octobre. Selon le syndicat, l'accord n'entraîne qu'une détérioration plus rapide des prestations de chômage, de fortes restrictions à la retraite anticipée et à la retraite à la suite de restructurations d'entreprises. Cette confédération syndicale a clairement fait savoir qu'elle comptait s'opposer à ces mesures. L'ABVVV/FGTB est en pourparlers avec les autres syndicats au sujet de la possibilité de mener ces actions en front commun.

Toutes les actualités