European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Bulgaria > Bulgarie : les syndicats réclament des changements dans l...

Bulgaria

3 octobre 2018

Bulgarie : les syndicats réclament des changements dans la législation qui conduisent à une amélioration du pouvoir d'achat

Un projet de recherche sur les revenus et la pauvreté mené à la demande du syndicat bulgare CITUB a donné des résultats alarmants. Sur base de ses conclusions, le syndicat a formulé un plaidoyer en faveur de changements législatifs qui devraient conduire à une amélioration substantielle du revenu minimum. Le CITUB considère ces résultats comme un argument de poids dans sa campagne pour de meilleurs salaires.

Les derniers résultats de recherche sur les revenus et la pauvreté, publiés par l'Institut de recherche sociale et syndicale (ISTUR) de la Confédération des syndicats indépendants de Bulgarie (CITUB), ont incité cette dernière à demander une amélioration substantielle des salaires et du revenu minimum national. Selon l'étude de l'ISTUR, 30% de tous les ménages - plus de 2,2 millions de personnes - ont un revenu mensuel total par personne inférieur à 321 BGN (164 euros). Dans certaines régions, les chercheurs ont constaté que les salaires moyens ne représentaient qu'environ 50 % du montant nécessaire pour subvenir aux besoins vitaux.

L'ISTUR a calculé que le coût de la vie mensuel par habitant est de 590,32 BGN, soit une augmentation de 36 leva depuis le début de 2018. Le seuil de pauvreté officiel pour 2019, fixé par le gouvernement, est de 348 BGN (178 euros). Le seuil de pauvreté est calculé à partir de données d'enquête sur le budget des ménages qui sont collectées annuellement par l'Institut national de statistique. Ce montant sert de référence pour l'élaboration de la politique sociale dans le domaine des revenus et du niveau de vie. Dans sa stratégie Europe 2020: Programme de réforme nationale, le gouvernement a déclaré son ambition de réduire le nombre de personnes vivant dans la pauvreté de 260 000 d'ici à 2020. Bien que l'on s'attende à ce qu'un nombre croissant de travailleurs dépendent du salaire minimum, le pays ne dispose toujours pas d'un mécanisme transparent pour le fixer.

Sur base de ces recherches, le CITUB a calculé qu'une famille de quatre personnes avec deux enfants à charge a besoin en moyenne de 2 361,28 BGN par mois pour payer les frais de nourriture, d'entretien ménager, de santé, de transport et de loisirs. Une vie décente requiert un salaire mensuel net moyen d'environ 1 200 BGN, mais au maximum 20 % des travailleurs reçoivent un tel salaire. Le salaire net moyen en mars 2018 était inférieur de 321 leva, soit environ 27 % de moins que le coût de la vie moyen. Le CITUB a formulé l’ambition d'atteindre 60% du revenu moyen européen dans les années à venir.

L'ombudsman Maya Manolova, qui a analysé ces résultats de la recherche, a déclaré qu'elle fera rapport sur ces derniers après la promulgation des modifications législatives de 2018, qui doivent garantir le paiement des salaires en cas de faillite de l'employeur et le montant des paiements par le Fonds de garantie des réclamations des employés.

Toutes les actualités