European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Greece > Grèce : une première initiative politique pour relancer l...

Greece

20 février 2019

Grèce : une première initiative politique pour relancer le processus de fixation des salaires minimums après la fin du programme de sauvetage

Le gouvernement grec a annoncé le relèvement, attendu depuis longtemps, du salaire minimum. Cette première hausse des salaires dans le pays depuis près de 10 ans représente un effort pour compenser certaines des réformes impopulaires que le pays a dû mettre en œuvre dans le cadre du plan de sauvetage.

La décision du gouvernement de relever le salaire minimum prend effet le 1er février 2019. Le salaire minimum mensuel est ainsi porté à 650 euros ; par ailleurs le gouvernement entend supprimer le salaire « sous-minimum » qui existait pour les plus jeunes travailleurs (de moins de 25 ans). Cette mesure avait été imposée aux travailleurs de moins de 25 ans en 2012 dans le cadre des mesures d’autorité dictées par les prêteurs internationaux, afin de rendre le marché du travail plus flexible et l’économie plus compétitive. Jusqu’en 2012, le salaire minimum national était fixé à 751 euros, avant d’être réduit à 586 euros pour les plus de 25 ans et à 510 euros pour les travailleurs de moins de 25 ans.

Le relèvement du salaire minimum s’établit donc, en pourcentage, à 27,5% pour les moins de 25 ans et à 11% pour tous les autres travailleurs. La décision était inspirée par la volonté de stimuler la demande intérieure et vise une distribution plus équitable de la richesse générée par la reprise économique. Selon le ministère du Travail, quelque 880.000 personnes devraient bénéficier de cette réforme. Les anciens créanciers du pays ont exprimé des préoccupations sérieuses au sujet de cette décision en rappelant les premières propositions avancées par un comité d’experts sur les rémunérations, qui tablaient sur une hausse plus modeste, allant de 5 à 10%.

Depuis l’automne 2018, le gouvernement évoquait un retour à des rémunérations (minimales) plus décentes et une restauration du système du marché du travail national. Dans les mois qui ont suivi, plusieurs conventions collectives ont été rendues généralement contraignantes et le salaire minimum dans des secteurs tels que la banque, le tourisme, l’hôtellerie, les mines et la navigation a donc été revu à la hausse. Au cours de 2018, le marché du travail s’est progressivement rétabli, avec la plus grande quantité de créations d’emplois observée depuis 2000. Toutefois, la plupart de ces nouveaux emplois sont des postes à temps partiel.

Cette décision met fin à une longue période de baisse des salaires. Selon une étude de l’OIT, les salaires réels en Grèce ont reculé de 3,5 % en 2017, soit le déclin le plus prononcé observé depuis 2013. L’étude a montré que durant la période d’austérité allant de 2008 à 2017, les salaires réels ont reculé au rythme de 3,1 % par an. Des observateurs ont critiqué les réformes introduites durant la période 2010-2018 et qui ont engendré une forte augmentation des formes flexibles de l’emploi et une baisse prononcée du niveau des salaires, et qui ont ainsi conduit à une hausse de la pauvreté chez les travailleurs du secteur privé tout en ne permettant pas de créer une reprise économique durable et créatrice d’emplois.

Toutes les actualités