European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Portugal > Portugal: un décret limite le temps de travail des jeunes...

Portugal

19 mars 2018

Portugal: un décret limite le temps de travail des jeunes médecins

Le gouvernement a publié un décret qui devrait mettre un terme aux longues heures de travail des médecins en formation à l'hôpital. C'est une revendication de longue date des médecins et de leurs syndicats. Le changement de la réglementation sur le temps de travail est un premier résultat, qui s'inscrit dans un ensemble de revendications visant à limiter les dommages créés dans le secteur par la politique d'austérité.

Le décret publié le 26 février 2018 dans le journal officiel du gouvernement, le Diário da República, vise à réformer le système d'éducation et de formation des médecins. Le décret modifie l'organisation de l'internat, la formation médicale postdoctorale que les jeunes diplômés doivent suivre avant de pouvoir exercer leur profession. Il limite le travail des médecins en formation aux urgences et aux soins intensifs à un maximum de 12 heures par semaine, avec la possibilité d'accomplir une période de travail supplémentaire de 12 heures. Cependant, ces 12 heures additionnelles par semaine doivent être réalisées en une fois, elles ne peuvent pas être divisées en plusieurs périodes de travail. Le décret qui définit les nouvelles règles de l'internat place les médecins en formation et les spécialistes sur un pied d'égalité.

Il s'agit du premier résultat d'une campagne de deux ans menée par les médecins et leurs syndicats pour faire pression sur le ministère de la Santé afin d'obtenir des propositions concrètes et de mettre fin à la politique d'austérité. Ils avaient annoncé une grève de trois jours début avril 2018. Les revendications des médecins portaient entre autres sur une amélioration de l'internat, le lancement d'appels d'offres pour le placement des jeunes médecins, une réduction de 18 à 12 heures par semaine du travail en service d'urgence, le retour à 1.500 patients par médecin de famille au lieu des 1.900 actuels, la révision des grilles salariales avec un retour à la semaine de travail de 35 heures avec l'option de 40 heures avec heures supplémentaires. Certaines de ces revendications vont à l'encontre des mesures prises à la suite de l'intervention de la troïka.

Le pays a été confronté à une véritable fuite des cerveaux, de nombreux jeunes médecins ont quitté le pays découragés par les longues périodes de travail, les mauvaises conditions de travail et le manque de perspectives de carrière. Une enquête menée auprès de trois groupes distincts de médecins dans le nord du Portugal (2.283 spécialistes, des jeunes médecins et ceux qui ont déjà quitté les services publics) a conclu que ceux qui avaient manifesté le plus grand mécontentement étaient les plus jeunes médecins.

Toutes les actualités