European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Slovakia > Slovaquie : le travail en mutation ou l'impact de la robo...

Slovakia

13 décembre 2018

Slovaquie : le travail en mutation ou l'impact de la robotisation sur le marché du travail

Dans un rapport traitant de l'impact de la robotisation sur l'emploi, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) relève que les travailleurs slovaques risquent en quelque sorte de se faire évincer du marché du travail, en raison d’une forte concentration de robots essentiellement dans les secteurs textile, agricole et industriel. Ce constat est d'autant plus frappant que le pays possède déjà la plus forte proportion de robots industriels en Europe par rapport au nombre de travailleurs.

Cette étude, Transition Report 2018-19 : Work in Transition, publiée par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement analyse la dépendance de l'économie slovaque vis-à-vis de certains secteurs susceptibles d’être robotisés (tels que l'automobile et l'ingénierie). En moyenne, les travailleurs des régions de la BERD sont confrontés à un risque nettement plus élevé d'automatisation du travail que leurs homologues des économies avancées. On calcule au chapitre 2 du rapport que la probabilité moyenne qu'un emploi soit automatisé dans un avenir prévisible est de 57 % en République slovaque.

Selon le rapport de la BERD, les innovations technologiques modifient rapidement l'équilibre entre les tâches exécutées par les humains et celles exécutées par les machines et, dans le secteur de la production industrielle, le pourcentage d’emplois qui risquent d’être automatisés pourrait être particulièrement élevé. Parallèlement, les robots peuvent contribuer à combler les pénuries d'emplois en Europe de l'Est, une région dont la population vieillit. La Slovaquie est, à cet égard, en tête du classement  des pays confrontés à l'automatisation de l'emploi.

Les observateurs se demandent si le pays est conscient de ces changements. Par exemple, le programme national de réforme de la République slovaque pour 2018 et le plan d'action qui y est associé ne mentionnent pas de mesures anticipant les changements technologiques futurs, hormis dans le domaine du commerce en ligne. Du fait de l'utilisation croissante des robots industriels dans le monde entier, un travailleur moyen slovaque est confronté à une probabilité médiane de 62% que son travail soit automatisé dans un avenir proche. Le pays est déjà celui qui compte la plus forte proportion de robots industriels par rapport au nombre de travailleurs en Europe, avec une augmentation du nombre de robots entre 1993 et 2016 qui est passé à 93 pour 10.000 travailleurs industriels. Seules l'Allemagne et la Suède ont enregistré une croissance plus dynamique dans ce secteur. L'automatisation escomptée du secteur manufacturier va nécessiter des compétences adaptées pour faire fonctionner et programmer de tels robots.

Le principal moteur de la robotisation est l'investissement étranger direct, les ratios les plus élevés pour la région de la BERD étant enregistrés en Slovaquie et en Slovénie. Le tout dernier investissement vient de Jaguar. Pour la production du modèle Land Rover, Jaguar a investi 1,4 milliard d'euros dans une nouvelle usine automobile à Nitra. L'usine devrait avoir une capacité de production de 150 000 voitures par an. La production n'est pas encore lancée, mais les négociations collectives ont été conclues avec succès lors d'un premier tour de négociations avec les syndicats. Bien que ces derniers aient exigé une augmentation salariale de 13,5 %, l'augmentation (unique) accordée est l'une des plus importantes augmentations salariales jamais enregistrées dans l'industrie automobile slovaque.

Toutes les actualités