European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Reforms Watch > Slovakia > Slovaquie : la réforme du marché du travail facilite l'en...

Slovakia

13 juillet 2018

Slovaquie : la réforme du marché du travail facilite l'entrée de travailleurs de pays tiers

Depuis mai 2018, la Slovaquie a simplifié les conditions d'emploi des personnes venant de l'extérieur de l'Union européenne. Les syndicats ont critiqué les dispositions visant à assouplir les réglementations pour les travailleurs des pays tiers, en l'absence de garanties du respect de conditions de travail décentes et d'amélioration de l'employabilité de la main-d'œuvre existante.

Depuis mai 2018, le gouvernement a modifié les règles de recrutement de la main-d'œuvre provenant de pays ne faisant pas partie de l'Union européenne. Le gouvernement soutient que la pénurie actuelle de main-d'œuvre exerce des pressions à la hausse sur les salaires nominaux et les prix. Et, bien que le nombre de travailleurs slovaques travaillant à l'étranger diminue et que la participation au marché du travail augmente, on s'attend à ce que le recours aux travailleurs étrangers continue d'être nécessaire pour pourvoir les postes vacants.

Cette situation est traitée au moyen d'une liste de catégories d'emplois en pénurie qui pourraient bénéficier d'un processus plus rapide, ramené de six à trois mois, de recrutement de travailleurs étrangers. Cependant, ce système ne s'applique qu'à certaines professions pour lesquelles les agences pour l'emploi enregistrent un manque de main-d'œuvre qualifiée et dans les secteurs où le taux de chômage est inférieur à 5 %. La liste des professions en pénurie est déterminée au niveau tripartite. La pénurie actuelle de main-d'œuvre touche tous les secteurs, mais elle est particulièrement aiguë dans les secteurs manufacturiers traditionnels, y compris les professions liées aux industries traditionnelles de l'automobile, de la mécanique et de l'électrotechnique.

Lors d'un séminaire tenu le 27 avril 2018, les syndicats slovaques ont mis en garde sur le recrutement de main-d'œuvre déloyale et le non-respect des normes du travail. Ils ont dénoncé des pratiques de contournement de la législation, ainsi que des abus consistant à faire circuler les travailleurs entre des filiales enregistrées en Hongrie, en Pologne, en Serbie et dans d'autres pays. De telles entreprises apparaissent et disparaissent après deux ou trois ans.

Les syndicats ne sont pas opposés au recrutement de travailleurs étrangers venant de l'extérieur de l'UE, mais ces travailleurs devraient être employés selon les mêmes règles que les travailleurs slovaques. Les syndicats estiment qu'il est nécessaire de mieux exploiter le potentiel représenté par la main-d'œuvre nationale. Ces conditions préalables comprennent l'amélioration de la qualité du système éducatif, l'augmentation des investissements dans les crèches et les jardins d'enfants, le recours accru aux emplois à temps partiel et la reconversion des chômeurs de longue durée. Ces dernières années, des observateurs ont déclaré que les pénuries de main-d'œuvre constituaient un "terrain fertile" pour le renforcement des syndicats existants.

Toutes les actualités