European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Marché du travail, emploi et politique sociale > Mobilité de la main d'oeuvre dans l'UE

Mobilité de la main d'oeuvre dans l'UE

Entre la fin 2007 et le début 2009, l’ETUI a mené un projet de recherche sur les migrations du travail au sein de l'Union européenne élargie. Ce projet a débouché sur un ouvrage publié par Ashgate qui rassemble des analyses empiriques et politiques, élaborées par des experts nationaux de trois pays d'origine et de quatre pays de destination de ces migrations.

Ce projet a débouché sur un ouvrage publié chez Ashgate qui rassemble des analyses empiriques et politiques, élaborées par des experts nationaux de trois pays d'origine et de quatre pays de destination de ces migrations. La publication a permis de générer une série de résultats importants concernant, par exemple, le rôle de la demande de main-d'oeuvre par rapport aux facteurs d'incitation au départ, ou encore les impacts quantitatifs et qualitatifs de l'application inégale, de la part de certains pays de l'UE 15, des restrictions transitoires apportées à la libre circulation des travailleurs. L'ouvrage a également permis de mettre en évidence l’importante disparité entre les qualifications des travailleurs immigrés et les emplois qu'ils occupent effectivement dans les pays de destination ; il suggère ainsi que les conceptions naïves sur les flux de main-d'oeuvre et le «factor equalisation » ne correspondent pas à la réalité. En développant davantage cette problématique, le thème essentiel de la publication actuelle concerne les qualifications et les compétences des travailleurs migrants et la manière dont elles interagissent avec la durée de la migration et la probabilité d'un retour. Ces questions seront analysées dans le contexte d'une situation économique et du marché du travail qui a fortement évolué depuis le début de la crise économique. Cette crise a dans un premier temps entraîné une baisse importante de la demande de main-d'oeuvre dans l’ensemble de l’Europe. Mais au moment de rédiger ces lignes, les pays sortent de la crise à des vitesses très différentes – et ils présentent les signes d'une perspective de pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, qui devrait à coup sûr affecter les flux migratoires.

Contact

Béla Galgóczi Chercheur senior bgalgoczi@etui.org

Publications associées