European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > 28 avril 2014 : Journée mondiale de la sécurité et de la...

Actualités

22 avril 2014

28 avril 2014 : Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

"La sécurité et la santé dans l’utilisation des produits chimiques au travail" est le thème choisi par l'Organisation internationale du travail (OIT) pour l’édition 2014 de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail. L'OIT a publié début février un rapport qui invite à prendre des mesures pour prévenir ou contrôler leurs effets indésirables sur les travailleurs, la population et l’environnement.

Au niveau des États européens, les confédérations syndicales nationales ont choisi d'attirer l'attention sur d'autres thèmes, en fonction parfois de la conjoncture. Ainsi, les confédérations syndicales espagnoles UGT et CC.OO. organiseront différents événements à travers le pays afin de dénoncer les coupes opérées dans les budgets consacrés à la prévention des risques du travail, tant au niveau des institutions que des entreprises privées. Au Royaume-Uni, l'accent sera mis sur la nécessité d'un cadre réglementaire fort, alors qu'un vigoureux programme de dérégulation dans le champ de la santé et sécurité au travail a été lancé par le gouvernement conservateur de David Cameron.

Aux Pays-Bas et en Allemagne, les syndicats ont programmé des activités sur le thème de l'amiante, un risque qui fait toujours partie de l'actualité, en particulier pour les travailleurs du bâtiment. Par exemple, aux Pays-Bas quelque 1,4 million de tonnes d'amiante doivent encore être retirées. En Croatie, les syndicats ont choisi d'attirer l'attention des conséquences pour la santé du stress au travail, un thème qui est également au cœur d'une campagne européenne.

Pour sa part, l'Institut syndical européen (ETUI) profite de la journée du 28 avril pour rappeler que ces commémorations ne doivent pas devenir une occasion pour les autorités nationales et européennes de s'acheter une bonne conscience à petit prix. "Le 28 avril, méfions-nous des larmes de crocodile. Exigeons des comptes précis et clairs", écrit Laurent Vogel, dans l'éditorial du magazine HesaMag, récemment paru. "Mourir du travail reste une réalité déterminée par la soif de profits, la flexibilité, l'absence de démocratie au travail", estime le chercheur de l'ETUI.

En savoir plus :

Toutes les actualités