European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Danemark : la ministre du Travail veut améliorer l'enviro...

Actualités

30 août 2012

Danemark : la ministre du Travail veut améliorer l'environnement psychique du travail

Le 9 août dernier, la ministre danoise du Travail, Mette Frederiksen, déterminée à faire baisser le nombre de travailleurs touchés par la violence au travail, a présenté de nouvelles propositions visant à améliorer l'environnement psychique du travail.

Une même réaction face aux infractions de l’environnement physique et psychique.

Lorsque l’inspection du travail constate des problèmes dans l’environnement psychique du travail, sa réaction n’est pas la même qu’en cas de problème lié à l’environnement physique. Elle formule d’abord une "décision sur l’environnement psychique", et seulement si l’entreprise n’arrive pas à résoudre le problème, elle émet une injonction, alors qu’en cas d’infraction de l’environnement physique, l’injonction est sa première réaction. Le gouvernement vise aujourd’hui à uniformiser l’action de l’inspection de travail, de façon à ce qu’en cas de violation constatée dans le cadre de l’environnement psychique, elle devra réagir comme quand elle est à une infraction de l’environnement physique en émettant une injonction, et les éventuelles sanctions seront du même niveau.

Le renforcement de l’action contre "l’usure psychique".

La ministre a également alloué quelque 2 millions d’euros supplémentaires pour un programme d’action dans les branches et métiers particulièrement touchés par les menaces, le harcèlement, le stress, et la violence. Il s'agit notamment des hôpitaux, des écoles, des services sociaux et de la police.

Une étude du Centre national de recherche sur l’environnement du travail (Det Nationale Forskningscenter for Arbejdsmiljø) montre que, entre 2005 et 2010, le nombre de salariés déclarant avoir subi des menaces de violence sur le lieu de travail est passé de 6 à 11%, tandis que celui de ceux ayant effectivement subi des violences a plus que doublé, passant de 3 à 8 %.

Source : Planet Labor
Toutes les actualités