European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Employeurs et syndicats publient une brochure pour réduir...

Actualités

22 juillet 2010

Employeurs et syndicats publient une brochure pour réduire l'exposition aux poussières de bois

La Fédération européenne des travailleurs du bois et de la construction (FETBB) et l'organisation représentant les industries du bois (CEI-Bois) ont publié une brochure qui propose des pistes concrètes afin de réduire à un minimum l'exposition des travailleurs aux poussières de bois. Intitulée Moins de poussière, la publication présente plusieurs solutions techniques pour réduire l'exposition aux poussières de bois (systèmes d'aspiration, captage direct par les machines à bois, nouveaux types d'abrasifs, etc.)

Les poussières de bois représentent un risque sanitaire important pour les 2,9 millions de travailleurs que compte le secteur du bois et de l'ameublement dans l'UE. Des études sur l'industrie du bois en Amérique du Nord, au Canada et en Suède ont montré que jusqu'à 13,5 % des personnes exposées aux poussières de bois souffrent de troubles respiratoires. Les poussières de bois peuvent également provoquer des maladies de la peau et différents types de cancers (cancers de l'ethmoïde et des sinus en particulier). Les poussières de bois durs sont classées “cancérigène avéré pour l'homme” par l'Organisation mondiale de la santé.

La directive européenne assurant la protection des travailleurs contre les agents cancérigènes fixe une valeur limite d'exposition professionnelle contraignante uniquement pour les poussières de bois dur (bois exotiques, hêtre, chêne, etc.). La Confédération européenne des syndicats souhaiterait, dans le cadre de la révision en cours de cette directive, la fixation d'une valeur limite contraignante également pour les poussières de bois tendre (bois résineux).

Si la directive européenne a le mérite de fixer une valeur limite contraignante à l'échelle européenne, on peut s'interroger sur le caractère suffisamment 'protecteur' de cette limite qui est fixée à 5 mg/m3 par huit heures de travail. Ainsi, dans certains Etats membres (Allemagne, Suède, Danemark, Pays-Bas) la valeur limite contraignante tombe à 2 mg/m3. La Finlande l'a même fixée à 1 mg/m3 pour les nouvelles usines. A ce propos, les éditeurs de la brochure estiment que la valeur limite européenne n'est pas basée sur des observations scientifiques et rappellent qu'ils souhaitent depuis plusieurs années que la Commission européenne fasse une proposition de valeur limite alternative.

Toutes les actualités