European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Experts et travailleurs réfléchissent à une nouvelle appr...

Actualités

28 octobre 2016

Experts et travailleurs réfléchissent à une nouvelle approche pour la prévention des cancers professionnels

Deux chercheurs de l'ETUI, experts en santé au travail, ont participé le 25 octobre dernier à une journée d'information consacrée aux cancers professionnels. Laurent Vogel et Tony Musu ont dressé un état des lieux de la législation européenne consacrée à la protection des travailleurs contre les cancérogènes sur le lieu de travail, et ont présenté les derniers développements du processus de révision de la directive Cancérogènes.

Laurent Vogel a rappelé que les cancers professionnels coûtent chaque année la vie à quelque 100.000 personnes en Europe. L'exposition aux cancérogènes sur les lieux de travail constitue donc, et de très loin, la principale cause de décès liés au travail. Les cancers professionnels touchent de manière prédominante les ouvriers. Le chercheur de l'ETUI a souligné les limites des politiques de prévention du risque cancérogène.

Il estime qu'elles ne tiennent pas suffisamment compte des "conditions concrètes d'exposition". Par exemple, de nombreuses mesures de prévention sont définies en laboratoire, sans prendre en compte les conditions réelles d'exposition des travailleurs dans leurs entreprises. Laurent Vogel a présenté plusieurs initiatives menées en France (Giscop 93), en Italie (OCCAM) et dans les pays nordiques (NOCCA) qui permettent d'identifier de manière beaucoup plus fine les secteurs, métiers et même entreprises à risques élevés de développer un cancer. Il a également souligné le potentiel en termes de prévention d'une discipline relativement jeune, l'"ergotoxicologie", qui vise à décrire depuis des situations d’exposition à des produits chimiques sur le terrain et à expliquer des situations de contamination. Souvent, elle permet de voir à quel point les équipements de protection individuelle sont peu efficaces.

Tony Musu a présenté les enjeux liés à la révision en cours de la directive européenne sur les agents cancérogènes et mutagènes au travail. Il a rappelé que le mouvement syndical européen réclame l'extension du champ de la directive aux agents toxiques pour la reproduction, et l'adoption d'un nombre plus important de valeurs limites d'exposition professionnelle contraignantes que les 13 proposées actuellement par la Commission. L'expert en risques chimiques de l'ETUI a décrit le contexte dans lequel ces débats européens se déroulent : "toutes les grandes multinationales de la chimie et le monde patronal pratiquent un lobbying intense afin de réduire la portée des réformes".

La journée d'étude a également permis de présenter deux mobilisations de travailleurs victimes de cancers professionnels afin d'obtenir la reconnaissance et la réparation des dommages causés par le manque de prévention (voir les liens ci-dessous).

Quelque 80 représentants syndicaux d'entreprises privées et publiques ont participé à cette journée d'information, organisée à Liège à l'initiative de la Fondation André Renard, une organisation proche de la confédération syndicale FGTB.

En savoir plus :

Toutes les actualités