European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Exposition inquiétante des caissiers et des ouvriers d'im...

Actualités

5 juillet 2016

Exposition inquiétante des caissiers et des ouvriers d'imprimerie au BPA

Le personnel de caisse et des imprimeries présentent des concentrations de bisphénol A (BPA) dans leurs urines nettement plus importantes que la population normale. Telle est la principale conclusion d'une étude française menée auprès des travailleurs de 10 entreprises du secteur des services et des loisirs, et du personnel d'une imprimerie produisant du papier contenant du BPA. Les résultats viennent d'être publiés dans une revue de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Les chercheurs ont analysé le taux de BPA d'échantillons d'urine de 90 agents de caisses de 10 entreprises du secteur du commerce (magasin de bricolage, jardineries, librairie, restaurants, etc.) et des loisirs (parc de loisirs) et les ont comparés à ceux de 44 collègues ne manipulant pas de tickets de caisse.

"Les salariés du groupe Exposés excrètent significativement plus de BPA total que les salariés du groupe Témoin", ont constaté les chercheurs.

Quant aux analyses d'urine des salariés d'une imprimerie, elles montrent parmi les conducteurs de machine d'imprimerie des niveaux de BPA dix fois plus élevés que ceux des agents de caisse. Outre l'exposition au BPA par la voie cutanée, les ouvriers d'imprimerie seraient également exposés par la voie inhalatoire, à cause de l'empoussièrement.

Le bisphénol A (BPA) est utilisé depuis plus de 50 ans dans la production de plastique en polycarbonate, de résines époxydes et également comme révélateur dans les papiers thermiques incluant les tickets de caisse, reçus de carte de crédit et les étiquettes autocollantes. La substitution du BPA par le bisphénol S ou BPS tend cependant à se généraliser dans ce domaine.

Les données expérimentales suggèrent que le BPA pourrait représenter un risque pour la santé humaine à cause de ses effets de type perturbateur endocrinien susceptibles de survenir à des doses très faibles. Les expositions au BPA augmenteraient les risques de cancer du sein, d'obésité, de diabète, de désordres neurologiques, cardiovasculaires et désordres affectant le système reproducteur.

Il existe par contre peu de données toxicologiques sur le BPS. Les études menées font néanmoins apparaître des profils toxicologiques proches entre ces deux bisphénols.

Sur une proposition de la France, le BPA pourrait bientôt rejoindre la liste des substances chimiques dont l’utilisation est restreinte sur le marché européen (annexe XVII du règlement REACH) avec une interdiction de mise sur le marché de papier thermique contenant du BPA à une concentration égale ou supérieure à 0.2% en poids.

En savoir plus :

Toutes les actualités