European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > France : 10% des travailleurs exposés à des produits chim...

Actualités

25 septembre 2013

France : 10% des travailleurs exposés à des produits chimiques cancérogènes

Le pourcentage de salariés en France exposés à des substances cancérogènes est passé de 13% à 10% entre 2003 et 2010 d’après l’enquête SUMER. Les expositions multiples sont fréquentes et se concentrent dans le domaine de la maintenance et dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Les hommes sont plus souvent exposés que les femmes. Les ouvriers constituent deux tiers des salariés exposés alors qu’ils ne représentent que 29% de l’ensemble des salariés. Les expositions les plus fréquentes se situent dans le secteur de la construction (environ 32% des travailleurs sont exposés) suivi de l’industrie (17,2%), de l’agriculture (13,5%) et du tertiaire (6,4%).

La diminution reflète vraisemblablement les effets d’un cadre législatif plus contraignant ainsi que les efforts de prévention qui commencent à porter leurs fruits après le choc qu’a constitué en France le scandale de l’amiante. En ce qui concerne l’organisation de la prévention, des lacunes importantes subsistent. Une protection collective (hors ventilation générale) n’a été mise en place que pour 21% des travailleurs exposés. Ce n’est que pour 1% d’entre eux que le travail est organisé en vase clos. Les substances cancérogènes auxquelles les travailleurs sont le plus massivement exposés sont le gaz d’échappement diesel, les huiles minérales, les poussières de bois, la silice cristalline et le formaldéhyde. Les progrès ont été beaucoup plus significatifs dans les grandes entreprises (réduction de 6% des travailleurs exposés) que dans les entreprises de moins de 10 salariés où les progrès sont très faibles (réduction de 1%).

L’enquête SUMER est une des plus importantes enquêtes nationales sur les conditions de travail. La première enquête s’est déroulée en 1987. Elle est renouvelée tous les sept ans et est basée sur des entretiens approfondis autour d’un questionnaire entre des médecins du travail et des salariés. En 2010, 50.000 salariés ont été interrogés par 2.300 médecins du travail.

Au niveau européen, on ne dispose d’aucune donnée d’ensemble actualisée. La dernière enquête européenne (CAREX) remonte aux années ’90.

Toutes les actualités