European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > L’Autriche interdit le glyphosate

Actualités

10 juillet 2019

L’Autriche interdit le glyphosate

Austrian Parliament

Le Parlement autrichien a approuvé le 2 juillet 2019 une interdiction totale du glyphosate sur le territoire national. A l’initiative du SPÖ (parti socialiste autrichien), cette nouvelle législation interdit toute mise sur le marché d’herbicide contenant du glyphosate en tant que principe actif. L’Autriche est le premier Etat membre de l’Union européenne qui adopte une telle décision en vue de protéger la santé publique et de prévenir les cancers.

Le vote a été acquis avec le soutien de l’ensemble des partis à l’exception du parti populaire autrichien (ÖVP, centre droit démocrate chrétien).  Depuis le 3 juin 2019, suite au scandale de corruption de l’Ibizagate, le pays est dirigé par un gouvernement de transition composé de technocrates avec Brigitte Bierlein, ancienne présidente de la Cour constitutionnelle, comme première chancellière dans l’histoire du pays.

Selon certains observateurs, la décision autrichienne d’interdiction du glyphosate pourrait entrer en conflit avec le renouvellement de l’autorisation décidée en 2017 par la Commission européenne. Ce renouvellement est lui-même intervenu dans des conditions très polémiques. Les agences de régulation de l’Union européenne avaient basé leur recommandation sur des recherches financées par la société Monsanto. Les positions de l’ECHA (agence européenne des produits chimiques) et de l’EFSA (agence européenne de sécurité des aliments) sont contredites par celles du Centre international de recherche sur le cancer qui a classé le glyphosate comme « cancérigène probable » dès 2015.

D’autres pays de l’Union européenne ont aussi adopté des interdictions partielles du glyphosate. C’est le cas notamment de la Belgique, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Tchéquie.

Il appartiendra au nouveau Parlement européen élu en mai 2019 de se saisir de ce dossier qui a constitué un des scandales sanitaires majeures pendant le mandat de la Commission Juncker (2014-2019).

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) HesaMail.

Crédit Photo: Alessandro Cristiano

Toutes les actualités