European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Les travailleuses des salons de manucure confrontées à de...

Actualités

9 septembre 2016

Les travailleuses des salons de manucure confrontées à des maladies graves - l'État de New York adopte des mesures pour endiguer le problème

Fin juillet, le département de la santé de l'État de New York a rendu public un rapport sur l'exposition des travailleuses des salons de manucure à des produits chimiques dangereux. Les auteurs du rapport ont passé en revue la littérature scientifique et consulté des experts des agences responsables de la protection de la santé et de l'environnement à travers les États-Unis. Ils ont découvert que les gens qui travaillent dans l'industrie de la manucure sont potentiellement exposés à environ 100 produits chimiques qui sont présents dans les produits de soin des ongles, y compris certains cancérogènes (benzène, formaldéhyde) et toxiques pour la reproduction (toluène).

"Notre examen des fiches de données de sécurité du produit a montré qu'un seul vernis à ongles, par exemple, peut contenir des dizaines de constituants chimiques", écrivent les auteurs.

Lors de l'examen de l'étiquetage des produits pour les ongles, ils ont également trouvé des écarts entre les produits chimiques mentionnés sur l'étiquette et les produits chimiques présents dans le produit. Par exemple, ils ont découvert du toluène dans 10 des 12 produits dont l'étiquette stipulait qu'ils étaient "sans toluène".

Les experts du département de la santé de l'État de New York ont également eu accès à des études visant à identifier la concentration de produits chimiques dans l'air. "Les échantillons d'air des salons de manucure indiquent clairement que les concentrations de certains produits chimiques organiques volatils liés aux produits pour les ongles peuvent être élevées par rapport aux environnements intérieurs où les produits pour les ongles ne sont pas utilisés", écrivent-ils.

Ils considèrent que l'exposition à long terme aux produits utilisés dans les salons de manucure pourrait entraîner des maladies variées, allant du mal de tête, des irritations de la peau, des yeux et des voies respiratoires à des maladies chroniques comme le cancer et d'autres affections graves touchant des organes ou des systèmes de notre corps, y compris le système reproducteur.

Les auteurs du rapport recommandent l'installation de systèmes de ventilation permettant de capturer à la source les émanations toxiques et la fourniture aux manucures des équipements de protection individuelle appropriés. Pour s'attaquer à la source du problème, ils suggèrent également aux décideurs d'envisager des mesures d'élimination des substances chimiques les plus préoccupantes - toluène, formaldéhyde et dibutyl phtalate - dans les produits utilisés dans l'industrie du soin des ongles.

À la suite de la publication du rapport, le gouverneur de l'État de New York a annoncé l'entrée en vigueur en octobre de nouvelles réglementations imposant des exigences de ventilation dans les salons de manucure de tout l'État. "Les travailleuses des salons de manucure ont été honteusement exploitées et exposées à des produits chimiques dangereux avec peu ou pas de protection", a fait savoir par voie de communiqué de presse Andrew Cuomole.

Les mauvaises conditions de santé et de travail, la faible rémunération, et de très longues journées de travail sont très répandues dans le secteur des soins des ongles, comme l'a révélé le New York Times dans une enquête publiée en mai 2015. La journaliste Sarah Maslin Nir a interviewé au cours d'une enquête de plus d'une année une centaine de manucures. Dans l'écrasante majorité des cas, il 'agissait de travailleuses migrantes en provenance d'Asie qui ne parlaient pas couramment l'anglais. Dans son article, la journaliste a raconté l'histoire d'une femme qui a dû faire face à des fausses couches multiples, une autre dont l'enfant est né avec un handicap mental et physique. Elle a également interviewé une manucure dont le cancer du sein a été diagnostiqué après avoir travaillé pendant 10 ans dans des salons de manucure.

Pour plus d'information :

Toutes les actualités