European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité - Conditions de travail > Actualités > Lien entre le travail de nuit et les cancers du sein, de...

Actualités

5 août 2019

Lien entre le travail de nuit et les cancers du sein, de la prostate et colorectaux

En juin 2019, un groupe de travail de 27 scientifiques de 16 pays s'est réuni au Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon, France, pour finaliser leur évaluation de la cancérogénicité du travail de nuit. Cette évaluation sera publiée dans le volume 124 des Monographies du CIRC. Un première synthèse des travaux a été publiée dans la revue The Lancet en juillet 2019.

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) HesaMail.

Le CIRC avait déjà évalué le travail de nuit dans le cadre d’une étude sur le travail posté. Il avait alors procédé à une classification comme "probablement cancérogène pour les humains" (groupe 2A). L’explication principale se trouve ans la perturbation des rythmes circadiens qui constituent une sorte d’horloge biologique. Ces rythmes déterminent des variations tout au long d’une durée de 24 heures dans un vaste ensemble d’activités comme l’alternance veille/sommeil, la circulation sanguine, la production des urines et des selles et le niveau de production hormonale. Certains cancers comme les cancers du sein et de la prostate sont "hormonodépendants", c’est-à-dire que leur développement peut être causé ou facilité par des perturbations dans la production d’hormones.

Le nouvelle évaluation de 2019 est justifiée par la publication de nombreuses études après 2007 qui permettent d’affiner les connaissances sur cette question. Le groupe de travail a choisi l'appellation "travail de nuit" pour mieux décrire les circonstances de l'exposition et pour refléter les principales données probantes utilisées dans les études sur le cancer humain.

On estime que dans le monde environ 20% des personnes qui travaillent sont affectées par le travail de nuit. Cette situation est particulièrement fréquente dans certains secteurs comme les soins de santé, les transports, des activités industrielles, les services de logistique commerciale.

Le groupe a conclu que le travail de nuit était associé au cancer du sein en s’appuyant notamment sur une importante étude concernant la santé des infirmières "Nurses' Health Study II".  D’autres études permettent de conclure à une association similaire pour les cancers de la prostate et colorectaux. La classification comme cancérogène probable s’explique par le fait qu’il existe aujourd’hui un niveau limité de preuve dans des études portant sur les êtres humains, un niveau suffisant de preuve dans des expériences avec des animaux et un niveau fort de preuve mécanistique dans des expériences avec des animaux[1].

Le Centre International de Recherches sur le Cancer (CIRC) est un organisme de l’Organisation mondiale de la santé. Une de ses activités est l’identification d’agents cancérogènes et leur classification. Ce travail est rendu public par des monographies. Le Centre s’appuie sur des études scientifiques publiées alors que la majorité des agences d’expertise régulatrices acceptent de travailler sur des données élaborées par les industriels et qui n’ont pas fait l’objet de publications permettant un meilleur contrôle sur les méthodes utilisées. Cela explique que le CIRC est la cible d’attaques régulières de l’industrie chimique. En particulier, sa classification du glyphosate comme cancérogène probable pour l’être humain (2A) a débouché sur une campagne de l’ACC (American Chemistry Council) et sur des menaces de couper tout financement des Etats-Unis pour les activités de cet organisme international. Une campagne comparable avait été lancée contre le CIRC au début des années 2000 lorsqu’il avait classé le tabagisme passif comme agent cancérogène pour les êtres humains (catégorie 1).

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) HesaMail.

Références :

Crédit Photo: nurseshealthstudy.org

Toutes les actualités

Hesamag 18 - Cancer et travail : sortir de l'invisibilité

Evénements

Publications associées

Video similaire