European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité > Actualités > France : travail de nuit en augmentation et associé à de...

Actualités

21 février 2011

France : travail de nuit en augmentation et associé à de mauvaises conditions de travail

En 2009, 15,2 % des salariés en France (21,4 % des hommes et 9 % des femmes), soit 3,5 millions de personnes, travaillaient la nuit, habituellement ou occasionnellement. C’est un million de salariés de plus qu’en 1991, l’augmentation étant particulièrement forte pour les femmes. Une étude récente, réalisée par un département du ministère français du Travail, apporte un éclairage sur les conditions de travail liées au travail de nuit.

 

Les trois quarts des salariés qui travaillent la nuit le font dans les services : 31 % dans le secteur public et 42 % dans une entreprise privée de services. Santé, sécurité et transports restent en effet les principaux secteurs recourant au travail de nuit. Parmi les professions concernées, l’on retiendra les infirmières, sages femmes et aides-soignantes (plus de 350.000 personnes dont 90 % de femmes) ; les conducteurs de véhicule (plus de 270.000 personnes dont 90 % d’hommes), les militaires policiers et pompiers (plus de 260.000 dont 85 % d’hommes).

 

A caractéristiques sociodémographiques équivalentes, une exposition de quinze ans ou plus au travail de nuit accroît la probabilité d’être limité - de presque 50 % - dans l’accomplissement des activités quotidiennes. Cela s’explique notamment par le fait que les salariés qui travaillent la nuit ont des conditions de travail nettement plus difficiles que les autres salariés : ils sont soumis à des pénibilités physiques plus nombreuses, à des expositions plus fréquentes aux risques chimiques, à une pression temporelle plus forte ainsi qu’à des tensions avec leurs collègues ou le public plus fréquentes. Si les situations de tension avec la hiérarchie sont plus fréquentes, la situation du collectif de travail apporte un soutien plus grand, notamment en ce qui concerne l’aide apportée par des collègues et la discussion collective sur l’organisation du travail ou le fonctionnement de l’entreprise.

Toutes les actualités