European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité > Actualités > Le Canada va interdire l'amiante d'ici à 2018

Actualités

16 décembre 2016

Le Canada va interdire l'amiante d'ici à 2018

Le gouvernement canadien projette d'interdire l'utilisation de l'amiante d'ici 2018, a annoncé le 15 décembre la ministre des Sciences Kirsty Duncan. L'interdiction de l'amiante, reconnu par l'Organisation mondiale de la santé comme "cancérogène pour l'homme" depuis 1987, s'appliquera à la fabrication de tout produit contenant la substance, ainsi qu'aux importations et exportations.

Plus de 50 pays à travers le monde ont interdit l'amiante, mais le Canada a toujours été réticent à les suivre, en partie à cause du rôle de l'amiante dans l'économie.

Le Québec était le principal producteur au Canada. L'amiante était extrait de gigantesques mines à ciel ouvert, notamment dans les villes de Thetford Mines et d'Asbestos Le Canada a été lent à s'attaquer à l'industrie de l'amiante, en partie parce que l'amiante a longtemps été considéré comme d'un point de vue politique comme une "vache sacrée"  au Québec.

Après que la plupart des pays développés ont interdit le minéral cancérogène, la province a cherché à trouver de nouveaux marchés dans les pays en voie de développement. Les dernières mines d'amiante du Canada ont été fermées en 2011, mais les dirigeants politiques ont continué à traîner les pieds sur la route de l'interdiction mondiale de ce minéral hautement toxique.

Kathleen Ruff, une militante anti-amiante bien connue au Canada, espère maintenant que son pays appuiera un traité important de l'ONU, la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux.

Le but de cet accord est avant tout de protéger les pays du Sud contre l'utilisation de substances toxiques telles que l'amiante.  La Convention de Rotterdam exigeant un consensus - en fait, l'unanimité -, le Canada et quelques autres pays proamiante ont été en mesure d'entraver l'application de ce texte.

Des groupes de la société civile du monde entier ont accueilli avec soulagement l'annonce du gouvernement canadien. "L'importance du virage pris par le Canada est considérable car c'est le gouvernement canadien qui a porté plainte à l'Organisation mondiale du commerce contre l'interdiction de l'amiante par la France, ce sont les politiciens canadiens qui ont mené la fronde contre les actions des Nations Unies visant à réglementer le commerce mondial de l'amiante et ce sont les fonctionnaires et les lobbies canadiens qui ont orchestré au niveau mondial les initiatives en vue de maintenir le commerce de l'amiante ", a déclaré le mouvement antiamiante dans un communiqué de presse signé par sept organisations, dont l'Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois.

L'inhalation de fibres d'amiante, même en faibles quantités, peut causer le cancer du poumon, le mésothéliome, un cancer incurable des tissus, et l'asbestose, une maladie pulmonaire spécifiquement causée par l'inhalation de fibres d'amiante.

Des études financées par la Société canadienne du cancer ont estimé que l'exposition à l'amiante tue plus de 2 000 personnes au Canada chaque année.

Le Congrès du travail du Canada estime que 150 000 travailleurs canadiens sont régulièrement exposés à l'amiante dans la construction, la gestion des déchets, l'entretien automobile et la construction navale.

Sources: http://rabble.ca/, La presse canadienne, IBAS.

En savoir plus :

Toutes les actualités