European Trade Union Institute, ETUI.

Accueil > Thèmes > Santé et sécurité > Actualités > Les pompiers absorbent des produits chimiques nocifs à tr...

Actualités

26 octobre 2017

Les pompiers absorbent des produits chimiques nocifs à travers la peau

Une équipe de chercheurs de l'université d'Ottawa a étudié l'exposition aux produits chimiques subie par les pompiers du service d'incendie de la ville entre janvier 2015 et avril 2016. L'étude, publiée le 18 octobre dans Environmental Science & Technology, montre qu’ils présentent des niveaux d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) de trois à cinq fois plus élevés après un incendie qu'avant l'intervention. Chez certains pompiers, les chercheurs ont même découvert des concentrations 60 fois plus élevées.

L'équipe a prélevé des échantillons d'urine et de peau de pompiers au début de leur service et après leur intervention sur un incendie afin de déterminer s'ils étaient exposés aux HAP, qui peuvent causer des mutations de l'ADN, et à d'autres produits chimiques nocifs.

« Le pouvoir mutagène de l’urine, qui révèle la possibilité de mutations génétiques, augmente aussi en moyenne plus de quatre fois après un incendie», a commenté Jennifer Keir, chercheuse à l'université d'Ottawa et auteur principal de l'étude. Comme l’urine contient les déchets et les toxines du sang filtrés par les reins, son pouvoir mutagène est un bon indicateur de la présence de composantes nocives dans le sang des pompiers.

Sources: EHS Today, LaPresse.ca

Read more:

Keir J.L. et al., Elevated Exposures to Polycyclic Aromatic Hydrocarbons and Other Organic Mutagens in Ottawa Firefighters Participating in Emergency, On-Shift Fire Suppression, Environmental Science & Technology, 18 octobre 2017 - Résumé

Toutes les actualités