European Trade Union Institute, ETUI.

Les TMS, c'est quoi?

Le terme troubles musculosquelettiques (TMS) regroupe des dizaines d'affections liées, entres autres causes, à de mauvaises postures de travail, efforts excessifs, gestes répétitifs, maniement de charges lourdes, usage d'outils vibrants ou travail au froid.

Les TMS affectent toutes les articulations du corps, notamment les membres supérieurs (épaule, coude, poignet, doigt), inférieurs (genou, cheville, pied) et la colonne vertébrale, provoquant des douleurs et une gêne quotidienne dans les mouvements. Ces affections peuvent être graves, jusqu'à empêcher l'accomplissement d'un geste, situation parfois à l'origine de la perte de l'emploi.

Le TMS lié au travail le plus indemnisé est le syndrome du canal carpien, une compression du nerf médian à la base de la paume de la main. Il entraîne picotements et engourdissement de la main et des doigts, douleurs intenses et peut nécessiter une intervention chirurgicale pour retrouver l'usage de la main.

Les TMS sont souvent associés à des activités rencontrées en agriculture et dans l'industrie (conditionnement, assemblage, montage) : agroalimentaire, confection, chaussure, fabrication de produits électriques et électroniques, automobile - autant de secteurs où le travail manuel répétitif est particulièrement présent. Cependant, le problème est apparu également dans d'autres secteurs jusque-là peu touchés comme les activités de service ou le travail de bureau.

Outre les contraintes physiques, les facteurs psychosociaux et l'organisation du travail jouent un rôle dans la survenue des TMS. Le climat de travail et la qualité des relations avec les collègues ou les supérieurs hiérarchiques, les horaires de travail, un temps de pause insuffisant, la production dite à "flux tendu", la "lean production", des équipements de travail inadaptés aux utilisateurs contribuent, entres autres, à l'apparition de TMS chez les travailleurs.