Alors que la pandémie actuelle accélère le développement du travail sur plateforme, une étude menée dans les pays nordiques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède) met en garde contre les risques de détérioration des conditions de travail et de rémunération des travailleurs concernés.

Dans les économies nordiques, les entreprises de plateforme se sont développées en particulier dans les secteurs du nettoyage, du transport, de la livraison de nourriture et de la traduction/rédaction. Ces secteurs présentent en général de faibles barrières à l'entrée, peu d'exigences en matière de qualifications formelles, de faibles taux de syndicalisation et des rémunérations médiocres.

L'étude relève que la pandémie a mis en évidence et accentué la précarité des conditions de travail des travailleurs des plateformes. Ces derniers sont en général considérés comme des indépendants ou des freelances et ne bénéficient donc pas des protections sociales comme les allocations de chômage et les congés maladie. Pendant la pandémie de Covid-19, cela signifiait que pour de nombreux travailleurs, le choix était de travailler, et de risquer l'infection, ou de ne pas travailler et de ne pas gagner d'argent.

Le travail sur plateforme crée d'autres problèmes liés à l'environnement de travail, notamment l'insécurité de l'emploi, le travail solitaire, l'isolement et le risque d'accident. Le travail sur plateforme pose également deux problèmes spécifiques en matière de santé et de sécurité au travail : le manque de clarté quant aux responsabilités de l'employeur ne permet pas de déterminer qui est responsable de la santé et de la sécurité au travail ; par ailleurs, les travailleurs peuvent être exposés à une surveillance et à une évaluation numériques constantes, ce qui peut être préjudiciable à leur environnement psychosocial.

Ce n'est pas par hasard que le travail sur plateforme a émergé au lendemain de la crise financière de 2008 dans les pays nordiques, lorsque le taux de chômage a augmenté et que le taux d'emploi des jeunes a diminué. Les chocs économiques déclenchés par la pandémie pourraient, en raison de l'augmentation du chômage, favoriser la croissance des modèles d'entreprise basés sur des plateformes.

Crédits photo NoSystem

Abonnez-vous à nos newsletters →  here