La Commission européenne (CE) va bientôt lancer le processus législatif concernant la quatrième révision de la directive sur les agents cancérigènes et mutagènes. L'ETUI, qui soutient la campagne "Stopper le cancer au travail", a préparé une note d’information destinée à souligner l'importance d'inclure les substances reprotoxiques dans le champ d'application de la directive.

Les substances reprotoxiques sont des substances chimiques qui, si elles sont inhalées, ingérées ou si elles pénètrent dans la peau, constituent une grave menace pour la fertilité des hommes et des femmes. Elles peuvent également altérer gravement le développement de l'enfant pendant la gestation et après la naissance. Ces substances sont largement présentes dans les environnements de travail car elles sont utilisées dans les plastifiants, les biocides et dans la fabrication, entre autres, d'alliages, de piles et de verre.

Bien qu'il soit difficile d'estimer combien de travailleurs dans l'UE sont touchés par l'exposition aux reprotoxines, des études ont montré que les victimes se trouvent surtout dans certains secteurs professionnels, à savoir l'agriculture, les services de soins, le nettoyage et l'entretien, la métallurgie et la pétrochimie, la coiffure et la cosmétologie. Selon les estimations prudentes de l'ETUI, au moins 1% de la population active de chaque pays de l'UE est exposée sur son lieu de travail à au moins une substance toxique liée à la reproduction. Cela représente plus de 2 millions de travailleurs dans l'UE-28.

Sept États membres européens représentant 46 % de la main-d'œuvre de l'UE (Autriche, Belgique, République tchèque, Finlande, France, Allemagne et Suède) ont déjà étendu le champ d'application de la directive sur les agents cancérigènes et mutagènes aux substances toxiques pour la reproduction lors de sa transposition en droit national. Il est temps pour la CE de protéger efficacement tous les travailleurs de l'UE qui entrent en contact avec des substances reprotoxiques et d'étendre le champ d'application de la directive.

Crédit photo : Canva