La valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) pour la silice cristalline a été modifiée fin août 2020 dans la loi sur la santé et la sécurité du travail au Québec. Elle passe de 0.1 mg/m³ à 0.05 mg/m³ afin de mieux protéger les travailleurs exposés à cette substance cancérogène dans de nombreux secteurs industriels (construction, fonderie, production d’acier, etc.)

Le Québec s’aligne ainsi sur d’autres pays industrialisés comme les Etats-Unis ou l’Australie qui ont également adopté une VLEP réglementaire pour la silice cristalline à 0,05 mg/m³. Dans la législation européenne, la valeur limite pour cette substance est toujours fixée à 0,1 mg/m³ depuis son introduction en 2017 dans l’Annexe III de la Directive sur les cancérogènes et mutagènes au travail (Directive 2017/2398).

Pourtant, d’après les estimations de la Commission européenne, il y aura plus de 340 000 morts en Europe parmi les travailleurs exposés à ce niveau entre 2010 et 2069. Ce chiffre ne tient compte que des cancers du poumon et il devrait donc y avoir une mortalité encore plus importante si on devait y ajouter les décès dus aux autres maladies causées par l’exposition professionnelle à la silice cristalline (silicose, maladies rénales, maladies auto-immunes)

Selon les informations recueillies par l’ETUI, la révision de cette VLEP communautaire n’est toujours pas à l’ordre du jour du programme de travail de la Commission européenne. Elle a pourtant l’obligation légale d’évaluer la nécessité de la modifier avant 2022, date de son prochain rapport quinquennal sur la mise en œuvre des directives santé-sécurité.

Les VLEP adoptées dans la Directive sur les cancérogènes et mutagènes au travail sont importantes car elles obligent chaque Etat membre de l’UE à fixer la même valeur limite (ou une valeur limite plus protectrice) au niveau national. Les VLEP nationales pour la silice cristalline varient actuellement entre 1 mg/m³ (Pologne) et 0,05 mg/m³ (Finlande et Espagne). En Europe, on estime le nombre total de travailleurs exposés à ce cancérogène à plus de 5 millions.

Annexes:

Photo credit: vvoennyy/canva