La pandémie de Covid-19 a montré que les travailleurs très mobiles qui se déplacent fréquemment à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Union européenne (UE) sont irremplaçables lors d'une crise de santé publique. Néanmoins, ils restent souvent les moins protégés et les plus vulnérables.

Les mesures introduites pour protéger les travailleurs ayant des relations de travail normales pendant une crise de santé publique pourraient ne pas atteindre certains groupes de travailleurs très mobiles. Par conséquent, ils peuvent être encore plus marginalisés en période de crise.
Cette situation est encore aggravée par le fait que ces travailleurs sont souvent des étrangers dans leur pays d'accueil. Les pays d'accueil comme les pays d'origine ne les protègent pas suffisamment, et cette situation peut être encore plus prononcée pour les travailleurs de pays tiers, en dehors de l'UE.

Lors de la pandémie Covid-19, la législation européenne préexistante n'a pas réussi à protéger les travailleurs très mobiles et, jusqu'à présent, les orientations et les mesures politiques prises par la Commission européenne ont également échoué.

Pour améliorer la protection des travailleurs très mobiles à long terme, il est nécessaire de parvenir à une convergence (vers le haut) significative des normes sociales et du droit du travail entre les pays et pour les différents groupes de travailleurs. À moyen terme, un filet de sécurité sociale paneuropéen pour les situations de crise devrait être créé, en gardant à l'esprit les besoins des travailleurs très mobiles. Et à court terme, des mesures d'urgence ciblées comprenant à la fois des normes de soutien et de protection pour ce groupe de travailleurs devraient être adoptées, idéalement au niveau de l'UE ou, si ce n'est pas possible, au niveau national.

 

Buy printed version
€ 5.00
en