Uniquement disponible en anglais

Ce document explore l'impact des technologies numériques sur la nature et l'intensité du travail en atelier, la manière dont les technologies numériques exercent leurs effets et les facteurs qui modèrent les résultats de la numérisation en matière de travail.

L'effet de la technologie ne peut se limiter à une dichotomie entre l'augmentation et la diminution des degrés de routine. Il existe plutôt des scénarios de base en ce qui concerne le contenu routinier des activités : a) pas de changement de la routine ; b) routine accrue ; c) routine transformée ; d) routine réduite.

Plus précisément, en se basant sur les données des entreprises hongroises, l'auteur discute des multiples façons dont la technologie affecte la nature et la routine du travail. Il s'agit notamment de (i) la charge de travail et l'intensité du travail ; (ii) la mesure dans laquelle les tâches peuvent être explicitement définies, mesurées et codifiées ; (iii) le spectre des tâches, c'est-à-dire la variabilité, la complexité et la diversité des tâches de travail ; (iv) la composition et la quantité de compétences requises pour l'exécution des tâches ; (v) l'importance de l'expérience ou des connaissances tacites pour l'exécution des tâches ; et (vi) la valeur ajoutée des tâches de travail.

Les données indiquent que l'enrichissement qualitatif du travail en atelier et la réduction du contenu routinier des tâches professionnelles induite par la technologie numérique ne s'appliquent qu'aux employés relativement qualifiés, mais pas exclusivement aux fonctions de haut niveau en atelier. Il est avancé que les effets bénéfiques des technologies numériques ne se matérialisent que si les employés sont suffisamment qualifiés pour être perfectionnés et s'engager non seulement dans des activités assistées par ordinateur, mais aussi dans des activités à forte valeur ajoutée.

Buy printed version
€ 15.00
en

Table of contents

Digital technologies and the nature and routine intensity of work_2021.pdf