Les applications de recherche de contacts pour lutter contre la pandémie du Covid-19 sont de plus en plus souvent mentionnées comme des outils utiles pour accompagner et contribuer au retour à la normalité malgré les nombreuses questions éthiques et juridiques qu'elles soulèvent. La pression exercée par les milieux d'affaires et les lobbies pour relancer et "sauver l'économie" a été intense. Ce qui a commencé comme une crise de santé publique s'est transformé en crise économique et nous sommes maintenant confrontés à un choix "bonbon ou friandise" : accepter de "payer le prix" et d'utiliser des applications de traçage invasives, et ainsi faciliter une réouverture progressive des entreprises, ou lutter pour la vie privée et retarder le retour à la "normale". Cette note d'orientation présente de nouveaux arguments pour rejeter ce choix binaire et fait valoir que :

  • L'utilisation d'applications de traçage des contacts pour lutter contre la propagation du virus est intrusive et menace le droit à la vie privée des citoyens européens. Pour défendre ce droit, les règles et principes clés du droit communautaire, en particulier ceux qui sont inscrits dans le règlement général sur la protection des données (RGPD) et la directive "Vie privée et communications électroniques", doivent être maintenus.
  • Prétendre que la défense de la vie privée compromet la lutte contre la pandémie et la réouverture de l'économie est une erreur : pour être efficaces, les applications de traçage des contacts doivent être téléchargées et utilisées volontairement et librement par une majorité de citoyens. Cela ne sera possible que si les citoyens sont convaincus que leur vie privée n'est pas en danger. Les deux batailles, pour la vie privée et contre le Covid-19, sont complémentaires, et non opposées.
  • Les applications de traçage de contacts ne devraient être utilisées sur le lieu de travail que si des conditions spécifiques sont remplies (concernant, entre autres, la finalité de l'application, le type de données collectées, la durée de conservation des données, le consentement des travailleurs et l'implication des syndicats).
  • Enfin, il est de la plus haute importance que les applications de recherche de contacts ne soient pas utilisées pour semer les graines d'une future culture de l'hyper surveillance sur le lieu de travail.

Table of contents

Covid-19+apps+tracage+contacts+Corona+Ponce+Policy+Brief+2020.05+FR.pdf

Related content

Ana Podvršič, Joachim Becker, Dóra Piroska, ...

Pour atténuer les effets du Covid-19

Cet article analyse l'élaboration des politiques économiques au cours de la première phase de l'épidémie dans cinq pays d'Europe centrale, l... lire plus

David Natali

Les pensions à l'ère du Covid-19

La politique des retraites n'est pas à l'abri des conséquences potentiellement dramatiques de la pandémie. Mais en termes de politique des... lire plus

Les relations entre l'UE et les Balkans occidentaux au moment de la crise du Covid-19

Ce numéro du SEER Journal for Labour and Social Affairs in Eastern Europe se concentre sur les relations entre l'Union européenne (UE) et... lire plus

Essentiels mais non protégés : des travailleurs très mobiles dans l'UE pendant la pandémie du Covid-19

La pandémie de Covid-19 a montré que les travailleurs très mobiles qui se déplacent fréquemment à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Union... lire plus