siteweb-cali.PNG
  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) HesaMail.

Conçu de manière très pédagogique, l’outil interactif peut être interrogé à partir de différentes entrées. L’on peut partir des professions et obtenir une liste des expositions probables, possibles ou improbables. L’on peut partir d’une classification des produits en fonction de leurs usages ou de leurs caractéristiques chimiques et remonter ensuite vers les professions exposées. Au total, 161 professions ont été analysées.

Pour chacune d'entre elles, l’outil indique le nombre total de femmes occupées, les catégories de produits chimiques augmentant le risque de cancer du sein et une liste détaillée des différents produits de chaque catégorie. Par exemple, l’entrée « vendeuses » débouche sur une liste de produits chimiques susceptibles d’accroître le risque de cancer du sein dans cette profession comme par exemple le Bisphenol A dans les tickets de caisse ou les parfums utilisés dans de nombreux produits. Des entrées comme « médicaments anti-cancéreux », « teintures », « produits de nettoyage » permettent d’obtenir une liste des produits ainsi qu’une liste de professions exposées. Les produits considérés ont été inclus en fonction de trois impacts possibles sur la santé : il peut s’agir de cancérogènes connus et suspectés pour les glandes mammaires, de substances toxiques pour ces glandes mammaires ou de perturbateurs endocriniens.

L’outil donne également un aperçu des inégalités de santé liée à la division ethnique du travail. Il évalue la part représentée par différents groupes ethniques (suivant les catégories habituelles des statistiques aux Etats-Unis) dans les groupes professionnels exposés. Ainsi, on peut constater que plus de 80% des femmes travaillant comme personnel domestique sont des hispaniques alors que parmi les cadres, elles ne constituent que 15% de la catégorie. Il est également possible d’effectuer des recherches en fonction des groupes d’âge.

L’objectif de l’outil est de fournir une information précise sur les expositions professionnelles et d’inciter à l’action en vue d’une meilleure prévention. Il s’adresse tant au monde de la recherche afin de stimuler les études concernant les risques professionnels de cancer du sein qu’aux travailleuses pour faciliter leur action collective en vue de l’élimination des risques. L’outil donne accès à la base de données des inspections de l’Agence fédérale de santé et sécurité (OSHA) qui permet de savoir pour chaque entreprise contrôlée quelles expositions ont été identifiées en ce qui concerne les risques chimiques. Cette base de données couvre la période 1984-2019.

« Actuellement, la grande majorité des campagnes de prévention contre les cancers du sein ignore largement les expositions professionnelles. Un tel outil montre que, sur la base des connaissances existantes, une prévention plus efficace sur les lieux de travail permettrait de réduire significativement le fardeau de ces cancers », estime Laurent Vogel, chercheur à l’ETUI.

  • Newsletter : Si vous désirez recevoir une fois par mois un résumé de l’actualité concernant la santé et la sécurité au travail, abonnez-vous gratuitement à la newsletter bilingue (français et anglais) HesaMail.

Référence:

Lien vers Working Women at Risk website : http://cbcrp.org/worker-exposure/#about